• Accueil
  • > Violences faites aux femmes

Criminal Justice and Gender Based Violence in Pakistan: a biaised and ineffective system

Posté par Jérôme Larché le 2 mai 2011

Auteur: Ali Imran (avocat pakistanais et militant pour les droits de l’homme)

 

      The ineffectiveness of Pakistani Criminal Justice System has repercussion not only for domestic and international security but also a major contributing/supporting factor to the gender based violence in Pakistan. A justice system full of poor investigations, corruption, intimidation, external interference in trials, poor prosecution, lack of forensic evidence instruments and above all the right of complainant to make compromises at any stage of trial results in the lowest conviction rate, ranging around 5%. The poor criminal justice system result was reflected in a recent Supreme Court decision on Mukhtaran Mai, a woman who was gang raped by the orders of  local council of elders (Jirga). The case was registered on 30 June 2002, against 14 accused under the charges of gang rape and anti-terrorism laws. The court finally released the 13 out of 14 accused, after a proceeding of over nine years. The decision has astounded the civil society in Pakistan, working towards the elimination of gender based violence. 

Despite the fact, that thousands of terrorist attacks have been carried out in last six years in Pakistan and hundreds of militants have been arrested, many of them even trialed but so far not a single conviction against any of the terrorist has come to surface. Though National Judicial Policy has been formulated in 2009 and set for implementation but it has not turned to be responsive for the citizen’s needs. 

Presence of parallel legal systems in Pakistan is also a contributing factor which leads to the injustice, inequality and violation of fundamental rights. The established different courts and forums under Common Law, Sharia Law and Tribal Law and all of them parallel to each other, sets paths towards an unequal and unjust criminal legal system. Moreover, the presence of informal justice system, known as Council of elders has led to certain inhuman decisions, including the one mentioned above where a council of elders in south of Punjab, ordered to rape a woman, as there was allegation of her brother’s relationships with a girl of the rival tribe in 2002. 

According to Aurat Foundation’s data collected from various sources, a number of around 8500 cases of gender based violence reported in 2010. Again, these figures are only the tip of in iceberg as women in Pakistan, having less faith in criminal justice system, re-victimization and facing social taboos, hardly report such crime. Moreover, certain forms of violence are not even recognized as a crime under the law. The violence faced by women in domestic sphere is always considered as a private affair and is not cognizable. Pakistan, despite having the highest number of honor related killings in the world, still carries such legislations which allow the legal heirs to forgive the perpetrator of such crimes. Some unofficial resources described this number as high as upto 3000 an year. 

The recent decision of Supreme Court on Mukhtaran Mai case has widely disappointed the women of Pakistan who stands against the barbarism and crimes against women by society and state. Mukhtaran Mai is amongst those courageous women who believes that the silence against cruelty is an abetment to cruelty and stood against the outrageous acts against her. The case was a combination of 2 different legal systems, rape charges under Sharia Law while the anti-terrorism and abetment charges under Common (Anglo-Saxon Law). The trial court announced her judgment on 31 August 2002, sentencing six out of fourteen accused to death.  In the meanwhile, Ms Mai, who belongs to low socio-educative class, decided to establish her organization (Mukhtar Mai Women Welfare Organisation) to raise education level of girls in her area and established two schools. In March 2005, Lahore High Court reversed the order by the trial court and acquitted 5 out of 6 convicted while the death of six accused was commuted to life imprisonment. In the meanwhile, highest Islamic court intervened and suspended high court order, saying that the high court does not have jurisdiction to try the offences under sharia law. 

Having conflict among two higher courts, the Supreme Court (most superior court) intervened and announced that Supreme court will hear the appeals and temporarily suspended the high court decision of acquittal of 5 accused person. The final decision of the Supreme Court was announced a week ago when she upheld the High Court decision and acquitted 5 accuse person. Shaken Mukhtaran Mai, while interviewing after judgment said that “why courts in Pakistan have kept her hanging to wait, if the decision was going to be such unjust”. 

The decision came to the wide public criticism and civil society organizations & networks as well. Networks such as Mumkin EVAW Alliance and Insani Haqooq Ittehad showed their great dismay over the decision and term Supreme Court decision as a reflection of Gender biased and inefficient criminal justice system. 

Justice System in Pakistan carries a great trust deficit by the marginalized sections of society including women, religious minorities, and labor organizations. Gender based violence cannot be eliminated fully unless the criminal justice in Pakistan in made uniformed, unbiased and effective. 

Ali Imran, is a Pakistani lawyer and human rights activist. 

Publié dans Articles des invites, COUPS DE COEUR, Violences faites aux femmes | 5 Commentaires »

Réflexions à propos du colloque sur les VLG organisé par Médecins du Monde

Posté par Jérôme Larché le 14 décembre 2010

Par Véronique de La Brosse, sociologue et consultante indépendante 

Sur les différents « terrains » où j’ai travaillé, comme dans mon environnement plus ou moins proche,  j’ai croisé des victimes ou des témoins de violences liées au genre: violences subies par quelqu’un en raison de son sexe, ou violences à caractère sexuel. 

Longtemps je ne me suis pas attardée, privilégiant l’analyse « en profondeur » des dynamiques qui engendrent et perpétuent l’oppression, comme, par exemple, l’institutionnalisation du conflit dans la famille polygamique. Celle-ci repose sur une mise en concurrence permanente des femmes, source de violence bien entendu, entre tous les protagonistes: mari, femmes, enfants, même si la seule violence légitime socialement encadrée peut-être, mais avec une grande élasticité_ est celle exercée par le mari sur ses épouses. La violence dans ce contexte m’apparaissait comme une conséquence parmi d’autres de la jalousie entretenue jour après jour avec une cruauté aussi pénétrante que routinière. 

Ce que m’ont aidée à comprendre des rencontres comme le colloque de Médecins du Monde sur les VLG, c’est à quel point la violence, loin d’être un épiphénomène,  est la condition et le moyen de l’oppression. Les effractions perpétrées sur le corps sont la négation de l’intimité, ce vers quoi tend toute forme de pouvoir en proportion de son caractère autoritaire, c‘est-à-dire de son manque de légitimité. L’identité sexuée doit être réduite ou asservie, et la violence, ou son éventualité toujours réitérée, est l’essence même du pouvoir. 

De la violence ordinaire à la violence scandaleuse y a-t-il un gouffre ou au contraire est-ce une question de gradation, ou même seulement de regard? Entre la victime qui ne peut se reconnaître comme telle qu‘au jour peut-être où elle extirpe de soi la violence subie en l‘infligeant à d‘autres et le témoin, proche ou lointain, qui se détourne (se passe-t-il encore quelque chose aujourd’hui qui échappe au regard d’un témoin?), la violence est comme un huis-clos ouvert à tous vents, un secret bien gardé par un polichinelle. A Asmara, Seyoum Tseggai, journaliste aujourd’hui disparu dans les geôles d’Issayas Afeworki, disait à propos des relations conjugales dans son pays: « Je ne sais pas où, ni quand, ils frappent leurs femmes, mais ils les frappent ». Mais soudain cette violence se démultiplie et devient incontrôlable, c’est-à-dire que le témoin se sent au point d’être happé par son souffle. 

Une source de violence lovée dans les dynamiques de ce qu’il est convenu d’appeler la  modernité réside dans la perte de statut liée au long déclin des activités productrices des femmes rurales, notamment les activités autonomes, celles dont le produit leur revenait entièrement et qui pouvaient devenir une véritable source de prospérité et d’influence. Aujourd’hui les femmes sont un peu partout en Afrique et ailleurs la principale main d’œuvre agricole, mais elles s’épuisent à assurer la survie quotidienne de communautés de plus en plus éclatées, dont l’élément masculin est majoritairement absent. 

Les violences dites de genre ne sont-elles pas tout autant l’expression de l’incompréhension et donc de la haine de notre époque à l’égard d’une couche sociale, la paysannerie, anachronique et dérangeante? Les femmes en sont les victimes parce qu’elles sont encore là, courbées sur la terre ou transportant la récolte, l’eau et le bois sur des distance toujours plus grandes, sans arme et sans protection. Tant qu’elles n’ont pas disparu, elles et leurs enfants, le grand viol de la terre, déforestation massive, pollution des cours d’eau, mise à sac des sous-sols, destruction de la biodiversité, ne peut s’accomplir sans témoin. 

Je m’interroge sur l’usage de  l’expression « violence liée au genre ». D’abord parce que les hommes aussi peuvent être victimes de violences sexuelles, éventuellement perpétrées par des femmes. Lors d’une autre rencontre sur les VLG, la modératrice de l’une des tables rondes a évoqué l’image vidéo d’une soldate d’une grande puissance aussi militarisée que démocratique, torturant un civil d’un pays ex-dictatorial  ravagé par une succession de guerres. L’auditoire n’a pas réagi. Les femmes bourreaux ne sont pas encore une catégorie visible, non plus que les hommes victimes de sévices sexuels. 

Une déclaration récente de Luis Moreno Ocampo à propos des poursuites engagées par la CPI pour de tels sévices commis en République Centrafricaine « sur des femmes et sur des hommes » me rappelle un témoignage entendu dans les camps de réfugié(e)s d‘El Aïoun, sur la «  Marche Verte «    lancée par le Maroc après le retrait espagnol du Sahara occidental: « Ils ont fait une chose que nous, les Saharaouis, nous ne connaissions pas: ils ont violé des femmes, et même des hommes! ». 

Certes les témoignages d’hommes sont moins nombreux, mais depuis combien de temps les femmes ont-elles commencé à parler, et à quel prix? Il manque une réflexion sur les questions de genre au masculin. Il y a aussi pour les hommes un honneur qui impose de souffrir en silence, et un opprobre qui transforme la victime en coupable. Et la chose est apparemment encore plus scandaleuse, puisqu’on a tant de mal à la concevoir. Pourtant dans certaines civilisations il existe un rituel  homosexuel entre supérieur et inférieur, patron et client, maître et élève _ gendre et beau-père selon des observations ethnographiques de Marcel Mauss. Le service sexuel serait une prestation obligée dans un rapport de dépendance, de soumission, etc. 

 Les VLG touchent également les hommes, c’est un fait, l’ampleur relative du phénomène, mal connue, ne justifie pas en tout état de cause qu’on l’ignore ni qu‘on le cantonne dans un coin inexploré de la conscience sociale. D’autre part, on commence à savoir que les bourreaux ont pu être  des victimes, et l’on pense à tous les enfants sans avenir, enfants des rues, enfants soldats: il manque des recherches sur les auteurs des violences de genre et leur passé. Enfin, les femmes aussi peuvent commettre de telles violences: sur les enfants d’abord _ et ce sont par elles que se perpétuent les MGF, sur des adultes vulnérables aussi. Les maltraitances sur les personnes âgées émergent comme un problème majeur dans les nombreuses sociétés, à travers le monde,  où la démographie est gravement déséquilibrée. Pour une large part leurs auteurs sont probablement des femmes, et leurs victimes des hommes. 

 Qu’elles s’exercent sur les femmes, les hommes ou les enfants de l’un ou l’autre sexe, les violences ne sont-elles pas le plus souvent liées au genre? Violence politique de la conscription forcée, violence économique de la migration soi-disant volontaire, violence domestique du dressage à la masculinité comme à la féminité… La violence est sexuée, elle prend des formes différentes selon le genre de ses victimes. 

Parce que la violence  se transmet et s’hérite d’un groupe à l’autre, d’une génération à une autre, comme un substrat culturel, le combat contre la violence doit prendre cette dimension genrée pour en démonter les mécanismes. Mais il faut que genre ne signifie pas seulement « féminin », il faut explorer aussi le  masculin et son expérience genrée de la souffrance, y compris celle infligée par le moyen du corps outragé d’une femme. Peut-être ainsi le genre masculin, connaissant mieux  sa propre vulnérabilité, sera-t-il plus à même de comprendre comment se construit celle des femmes. 

On a évoqué lors du colloque la chaîne de la violence, ou ses strates superposées, enfouies l’une en dessous de l’autre. La violence politico-économique, liée à une colonisation, une invasion, une guerre civile,  des réseaux de traite ou un processus implacable de concentration et d’appropriation  foncière, a vite fait d’entrer dans les mœurs et de devenir violence domestique, ordinaire et quotidienne. Décrite de l’extérieur comme culturelle,  consacrée par la coutume et la tradition, elle n’est plus scandaleuse. Il faut faire la  généalogie de cette violence, identifier les voies par lesquelles elle s’est introduite dans le corps social, remonter jusqu’à la racine du mal pour tenter de l’extraire. 

 Le colloque a  abordé à plusieurs reprises le lien entre violences en temps de guerre et en temps de paix, violences perpétrées par des gens en arme  ou par des civils: il a été observé dans certains contextes que les civils sont souvent d’anciens militaires ou miliciens laissés à eux-mêmes, avec leurs habitudes violentes et parfois leur arme. Mais il a été également souligné que les violences contre les femmes, y compris  les violences extrêmes, sont fréquentes même en dehors des zones de guerre. On reconnaît aujourd’hui l’ampleur du phénomène dans les pays industrialisés _ dès les années 60 une enquête de P-H et M-J Chombart de Lauwe montrait l’occurrence de la violence conjugale dans toutes les couches de la société française. Mais s’agissant de l’Afrique l’image d’une société villageoise avec ses traditions supposées immuables et consensuelles reste  prégnante: « Nos sociétés sont innocentes » me dit un jour une juriste d’Afrique sahélienne. 

Une étude sur les VLG en République Démocratique du Congo réalisée pour les Nations-Unies en 2008 par B. Kalambayi Banza (PNUD-Kinshasa, 2008) fait état d’une enquête selon laquelle « près de 7 à 8 femmes sur 10 de toutes les provinces du pays ont justifié qu’un mari peut battre sa femme si celle-ci commet un de ces actes : i) brûle la nourriture ; ii) argumente avec lui ; iii) sort sans lui dire ; iv) néglige les enfants ; v) refuse d’avoir des rapports sexuels avec lui« . En RDC comme ailleurs dans le monde, les « brimades » dont les femmes font l’objet dès leur naissance les amènent à intérioriser leur infériorité, à s’y réfugier même pour assurer autant que possible leur sécurité.   

La prévention a été évoquée lors du colloque à travers l’exemple, d’abord, d’une réflexion menée au Nicaragua par une association d’hommes qui développent un questionnement sur les fondements machistes  de la société civile et de leur propre comportement.  J’ai rencontré en Ethiopie des ONG locales dont l’action était centrée sur l’organisation de groupes de réflexion masculins en milieu rural sur le rôle (immense) des femmes dans la production et leur faible accès aux ressources et au processus de décision. Introduire des idées, offrir du temps et quelques moyens pour pouvoir réfléchir ensemble et dégager des pistes,  ce n’est pas un luxe mais une nécessité. En l’occurrence l’idée de base serait que les hommes ont besoin d’entraide pour se libérer des préjugés et des craintes dont ils sont victimes. 

Aspect majeur de la prévention évoqué pendant le colloque, la lutte contre l’impunité conçue comme réforme des dispositifs légaux et des appareils judiciaires donne l’impression d’une énorme machinerie qui tourne encore quasiment à vide. On se sent terriblement loin d’un accès à la justice garanti et protégé et d’une indemnisation des victimes, tant les questions  de gouvernance semblent autant d’insolubles préliminaires, à commencer par la mise en place de codes de bonne conduite et d’un contrôle effectif des pratiques des multinationales. S’agissant des ONG, malgré le langage de plus en plus technique de la constellation  humanitaire il reste visiblement beaucoup à faire pour renforcer la capacité  d’élaborer une vue d’ensemble de qui peut faire quoi et à quel niveau. 

Comme souvent lorsque les résultats restent très en deçà des besoins, il faut réfléchir aux méthodes: la prévention doit-elle être comprise essentiellement voire exclusivement comme lutte contre l’impunité judiciaire, celle-ci doit-elle se concentrer au niveau étatique? On a peu parlé d’associations de victimes, il semble que ces dernières, même lorsqu’elles sont prises en charge un certain temps  par des ONG, restent isolées mentalement; on parle généralement de la marginalisation des victimes rejetées par leur entourage, est-ce systématiquement le cas, n’y a-t-il pas aussi souvent,  parmi les proches, des personnes ressources qu’il faudrait appuyer dans leur effort de solidarité? Il y aurait peut-être beaucoup à apprendre en écoutant davantage de témoignages sur le vécu à moyen et long terme. Et ne faudrait-il pas accorder plus de moyens pour identifier des mesures de prévention conçue comme contrôle ou élimination de situations à risque et renforcement de la capacité d’autoprotection au niveau communautaire et individuel? 

Publié dans Articles des invites, Violences faites aux femmes | Pas de Commentaire »

Violences liées aux genres et violences conjugales : qu’en est-il des auteurs ?

Posté par Jérôme Larché le 9 décembre 2010

Par Véronique Durand, anthropologue 

Au niveau mondial, ce qui est identifié comme persécutions liées au genre ne résulte pas de comportements individuels isolés et atypiques, mais reflète des structures et des normes sociales profondément inégalitaires. C’est pourquoi il faut manipuler le concept de culture avec précaution : au nom des coutumes, on mutile (excisions, infibulation) de façon à contrôler la sexualité, on interdit (les relations sexuelles avant le mariage mais aussi l’école), on organise le mariage forcé des petites filles, on pratique les crimes dits d’honneur, on détruit celles qui osent dire non (en brûlant les visages, en empoisonnant), on coupe toute chance de s’instruire (en détruisant les écoles, en interdisant leurs accès)… la liste est longue. Une grande partie des violences faites aux femmes est liée à la sexualité et à la reproduction, dans les sociétés qui cherchent à contrôler à la fois leur sexualité, représentée comme « menaçante » et leur capacité à reproduire, représentée comme une fonction à disposition de la société ou de la nation. Le mariage a d’ailleurs été instauré en France de façon à réguler et contrôler les naissances. Il permettait ainsi de nommer le père et d’organiser la transmission, la succession.   Il nous faut cependant distinguer les « violences faites aux femmes » et « les violences domestiques ». Je parle aujourd’hui de violences domestiques. Les violences au sein du couple sont universelles. Ce sont leurs manifestations qui changent en fonction de chaque société. 

            Comme le rappelle le professeur Henrion dans son rapport de février 2001, ni l’éducation, ni les (bonnes) conditions économiques ne protègent les femmes qui décèdent par suicide, homicide ou suite à des pathologies résultant des violences. Sous l’angle de la psychologie, la violence conjugale est une relation à deux, où l’auteur affirme son autorité, son pouvoir, son emprise sur la victime. Mais, j’ai pris le parti d’aborder la problématique des auteurs de violence par une approche sociologique :   ·      Les questions d’identité (qu’est-ce qu’être un homme, qu’entend-on par masculinité, quelles représentations se fait on du masculin ?) sont elles aussi fondamentales, dans la mesure où la société participe à la construction de l’imaginaire collectif et d’un modèle hégémonique masculin. 

Je veux parler de la construction sociale de l’identité et non pas de l’identité individuelle, bien que les situations soient toutes individuelles et très complexes. L’identité des groupes s’exprime en termes de lutte et d’alliance : on est avec ou contre. Les groupes, font référence à la reconnaissance, représentation, interaction, auto-identification, appartenance. Ainsi les hommes du service Halte Violences[1] tenaient à peu près tous le même discours, étaient tous dans le déni de la gravité de leurs actes, se soutenaient et disaient tous : « c’est elle qui me provoque »). Ils affirmaient ainsi leur appartenance à un groupe, en opposition à un autre : celui de leurs compagnes.   

La violence conjugale se situe d’emblée sur le terrain des rapports de pouvoir, de domination et de comportements contrôlants, issus d’une structure sociale axée sur l’inégalité des sexes et/ou des rôles sociaux. Il y a donc un dominant et un dominé, la personne dominée étant sous l’emprise de l’autre.               Sans remettre en question l’aspect psychologique individuel, il ne faut pas oublier le poids des mentalités, qui est fondamental. Il permet à chacun d’intégrer les caractéristiques liées au genre. Ce n’est pas l’homme, ce n’est pas le privé, ni l’univers domestique qu’il faut considérer comme des ennemis de la femme, ce sont les conceptions culturelles, ancestrales, patriarcales, intégrées par la société comme un tout qui ont créé des codes, des repères qui eux ont élu l’homme roi et maître.             Il faut donc s’éloigner d’une perception duelle pour faire face à des relations de genre portées par la réalité sociale comme un tout, qui va au-delà des femmes et des hommes. 

On le constate dans d’autres sociétés et je pense au Bangladesh où j’ai fait une mission en avril 2009 : les femmes, dans le secteur public, sont en train d’échapper aux hiérarchies traditionnelles et à l’autorité de l’homme. Elles ont gagné du terrain, prouvent leurs compétences et leurs capacités d’adaptation. Pourtant, dans le domaine du privé, les rôles demeurent traditionnels : chacun à sa place, l’homme y réaffirme son pouvoir. Nous sommes donc dans une situation hybride où la violence peut être le résultat de la confrontation de ces deux mondes, où l’ordre de la société est vécu comme en péril. Les violences peuvent augmenter lorsque les relations de genre et les rôles des uns et des autres sont remis en question. Comment prévenir ces comportements violents ? Comment éviter les récidives ? Il faudrait sans doute aborder les relations de genre dès la petite enfance puis les questions relatives à la sexualité, tout en soulignant les différences sexuées.              ·      La confusion entre le privé et le public : 

  Le fait familial est également universel et il existe divers arrangements en fonction des sociétés. Ailleurs, sentiments et mariage sont totalement distincts : le mariage est bien une alliance, il s’agit d’un contrat et d’un contrat fait pour durer. Les relations entre les divers membres de cet univers sont basées sur des relations hiérarchisées en fonction du sexe et de l’âge sans oublier les besoins des uns et des autres, ce qui amène des relations de pouvoir au sein de ce groupe familial. Ce dernier n’est pas unique mais multiple. En France, le concept de famille qui s’adresse à des réalités diverses a longtemps été considéré comme relevant du privé en opposition au domaine du public. « Chez moi, je fais ce que je veux… C’est ma femme, ce sont mes enfants, c’est moi qui décide, c’est moi qui sait ce qui est bien pour elle, pour eux »… 

  La 1ère loi sur l’autorité parentale (loi 70-459 du 04 juin 1970) a bouleversé l’ordre établi qui donnait tous les pouvoirs au chef de famille. La notion de puissance paternelle est remplacée par l’autorité parentale. Cette loi est fondamentale. Elle a depuis subi plusieurs transformations jusqu’à celle du 04 mars 2002 qui met l’accent sur la co-parentalité.   ·      Au 21ème siècle, en France, nous séparons conjugalité et parentalité : 

  La conjugalité peut être interrompue alors que la parentalité se veut à vie. Mais elle se trouve souvent écornée par l’échec du couple. Ainsi, la famille, bien que relevant du privé, dépend du public, de par les lois qui la régissent (mariage, pacs, divorce, scolarité, travail des enfants, éducation, contraception, avortement, accouchement sous X…) ce qui justifie l’intervention, la légitimité du travailleur social : il est un tiers mandaté par la sphère publique pour s’immiscer dans le domaine du privé. C’est aussi pour ces raisons qu’il a souvent des difficultés à entrer au sein du domicile familial.     En 1924, la Société des Nations adoptait la Déclaration sur les droits des enfants, dite Déclaration de Genève. Cette communauté internationale s’engageait notamment à ce que l’ « enfant soit mis en mesure de se développer d’une façon normale, aussi bien matériellement que spirituellement ». La Convention Internationale des Droits de l’enfant est ratifiée le 20 nov. 1989 par 192 pays. 

  Qu’en est-il des enfants lorsqu’il y a violences conjugales, lorsqu’ils écoutent, entendent, assistent à des violences verbales, psychologiques, physiques ?     J’attire l’attention sur des dérives possibles de la distinction entre conjugalité et parentalité : dans quelle mesure un mari violent est-il un bon père ou le contraire ? 

Un enfant reste fils ou fille de… mais doit-on imposer à un enfant une présence auprès d’un père qui a maltraité sa mère ? Il y a maltraitance, ou tout au moins un enfant en péril.   Maltraitance : « toute forme de violences, d’atteinte ou de brutalités physiques et mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation y compris la violence sexuelle » Article 19 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. 

« L’Enfant en péril est celui qui connaît des conditions d’existence qui risquent de mettre en danger sa santé, sa sécurité, sa moralité, son éducation ou son entretien mais qui n’est pour autant pas maltraité» Définition de l’Observatoire Décentralisé de l’Action Sociale. 40 millions d’enfants dans le monde sont maltraités. En France, par an, 95 000 enfants sont signalés, 19 000 sont réellement maltraités. 80% des adultes maltraitants ont été maltraités.[2] 

  Se posent alors deux grandes questions dont nous ne pourrons pas faire l’économie très longtemps : .   l’évaluation .   la filiation dans le droit français, l’importance de la famille de sang. 

    Ce qui pose, à mon sens, un problème majeur de santé publique puisque ces enfants présentent des troubles physiques, affectifs, du développement, ont des difficultés scolaires, sont plus fragiles en ce qui concerne la toxicomanie, la délinquance.    Monsieur FILLON a décrété que les « violences conjugales » seraient cause nationale en 2010, ce qui montre la prise en compte de la réalité. A quand la prise de conscience de la situation des enfants ?   

Afin de briser ce cercle et d’enrayer la récidive, la solution réside dans la prise en charge des hommes violents qui ont besoin de soins car ils n’ont souvent pas conscience de la gravité de leurs actes. Au-delà des soins, leur parole leur permet de remonter le temps et, en déroulant leur histoire de vie, d’appréhender cette histoire et comprendre leur violence pour pouvoir enfin la traiter.  


[1]              Halte-Violences : service créé par le Collectif Femmes de Périgueux qui a accueilli 18 hommes auteurs de violences conjugales entre septembre 2008 et juillet 2009

[2]              Observatoire Décentralisé d’Action Sociale, 1993

Publié dans Articles des invites, Violences faites aux femmes | Pas de Commentaire »

Pour une éthique de prise en charge des violences liées au genre

Posté par Jérôme Larché le 5 décembre 2010

En matière de violences liées au genre, les statistiques sont éloquentes: une femme sur trois dans le monde a été battue, contrainte d’avoir des rapports sexuels ou a subi d’autres formes de sévices au cours de sa vie. En 2008, en France, 156 femmes sont décédées victimes de leur compagnon ou ex-compagnon. Problème universel recouvrant des réalités diverses, le phénomène constitue une incontestable violation des droits humains et représente un problème majeur de santé publique. 

Une violation des droits humains et un enjeu majeur de santé publique 

Le phénomène recouvre de nombreuses formes de violences, telles que les mutilations génitales, les avortements sélectifs, les infanticides, le viol utilisé comme arme de guerre, les coups et blessures, les pressions psychologiques, le refus à l’accès aux soins ou les discriminations sociales et économiques. Ces violences constituent le lot pour des millions de femmes. Ainsi, 10 à 69% des femmes dans le monde déclarent avoir été agressées physiquement par un partenaire intime de sexe masculin à un moment de leur vie[1]. Cette violence peut être perpétrée dans divers contextes, en situation de conflit armé ou non, au sein de la famille, d’un groupe social, ou même au niveau institutionnel. Si la prévalence du phénomène est incontestable et affecte en majorité les femmes, il est important de souligner que les hommes peuvent aussi faire l’objet de violence, comme par exemple les viols collectifs d’hommes en République Démocratique du Congo (RDC). 

Fort de son expérience de terrain et conscient des enjeux soulevés par cette problématique, Médecins du Monde (MdM) a mis en place une stratégie d’actions globale et intégrée au sein de ses programmes en France et à l’international visant à combattre ces violences. Depuis 2007, avec le soutien de l’Agence Française de Développement et du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, MdM a fait de la lutte contre les violences liées au genre une de ses priorités dans le cadre d’activités transversales. 

11 pays particulièrement touchés par ce phénomène (Algérie, Egypte, RDC, Guatemala, Haïti, Libéria, Moldavie, Nicaragua, Niger, Pakistan, Pérou) ont été intégrés à un programme international de 3 ans, qui a permis des avancées concrètes en matière de prévention et de prise en charge des victimes. Une réflexion est également amorcée sur les violences commises en France, notamment envers les populations les plus vulnérables comme les migrant(e)s et les personnes se prostituant, que les équipes de MdM rencontrent régulièrement dans leurs centres de soins. 

Une prise en charge pluridisciplinaire 

La mise en œuvre d’une approche pluridisciplinaire (médicale, juridique, psychologique, sociale et de promotion des droits de la femme) et le développement de réseaux de partenaires (acteurs de la société civile, autorités étatiques et ONG locales), ont permis d’élargir le champ d’action de MdM et de favoriser une amélioration des pratiques sur le terrain. Cette institutionnalisation des débats, avec des structures locales, régionales et nationales, parait également nécessaire pour assurer la pérennité des actions entreprises. Le partenariat mis en place à Haïti depuis de nombreuses années, a ainsi favorisé l’émergence d’une « Concertation Nationale contre la Violence faites aux Femmes », association reconnue par l’Etat haïtien, et qui a permis, entre autres, la modification de la loi sur la classification du viol dans le code pénal haïtien, ainsi que l’application d’un protocole validé par le Ministère de la Santé pour favoriser l’accès des victimes au certificat médical (en 2007) et améliorer l’accueil des femmes dans les commissariats (en 2008). 

Autre exemple, le Pakistan. En 2009, 8548 cas de violences y ont été enregistrés, dont une majorité répertoriée dans le district du Penjab. La loi du silence prévaut dans ce pays où les femmes subissent de multiples formes de violences: enlèvements, violences sexuelles, abus domestiques, menaces, défigurations à l’acide, crimes d’honneur… 80% des femmes dans ce pays sont soumises à une de ces formes de violence. C’est pourquoi MdM a choisi d’appuyer la mise en place d’une prise en charge intégrée au sein des Dar-Ul-Aman (qui signifie littéralement: « maison de la paix »). Il s’agit d’une structure d’hébergement gouvernementale pour les femmes victimes de violence et leurs enfants à la fonction sociale ambiguë, car tout en ayant été construite sur le modèle des prisons, son but est la réinsertion des femmes. Notre démarche a permis de passer d’un concept « carcéral » à une approche de soin, à travers la mise en place d’une prise en charge psychologique, médicale, sociale, de programmes de réinsertion et de protection. Cela n’aurait jamais été possible sans la participation active de partenaires de la société civile, et notamment d’associations de professionnels pakistanais. 

Une prise en compte systématique des déterminants socioculturels 

Comme l’a souligné le sociologue Eric Fassin[2], « la catégorie de « genre » est aussi à penser parce qu’au fond, ceci joue sur l’idée que l’on se fait de ce que doit être un homme,, « un vrai ». Massivement les femmes sont victimes de ces violences, mais cela met en cause toutes les représentations de la masculinité et de la féminité. Cette question de sexe -c’est une question des rôles sexuels, masculin / féminin- passe aussi par la question de la sexualité. La violence sexuelle a un rôle stratégique dans l’imposition d’une domination. » Correspondant à l’ensemble des éléments de l’environnement d’un individu dans un contexte donné, les déterminants socioculturels (DSC) ont ainsi un impact sur les actions, les comportements, mais avant tout sur les perceptions des individus et des communautés. Les représentations des violences par les populations et les intervenants, mais également par les victimes elles-mêmes, constituent un véritable enjeu. Les DSC peuvent constituer une entrave à l’identification et la reconnaissance des victimes de violence, à la qualité des services de prise en charge, ou encore à l’application effective des évolutions législatives. Comme en témoigne la déclinaison des programmes de MdM au Libéria, ou en RDC, et notamment à Goma auprès des conseillères psycho-sociales – parfois d’anciennes victimes de violences – qui prennent en charge les femmes victimes de viols, le développement d’une approche communautaire et la communication dans la(les) langue(s) de la communauté favorisent l’immersion des programmes dans la population et la participation des aidants naturels (médiateurs de santé, pairs aidants ou conseillers psychosociaux). Elle permet surtout l’identification des personnes victimes de violences, souvent difficile compte tenu du risque de stigmatisation sociale, et leur accès aux services de prise en charge[3]

Une lutte contre l’impunité et pour la systématisation du certificat médical 

Face à la complexité des mécanismes qui sous-tendent les diverses formes de violence, cette approche a aussi permis à MdM d’aller au-delà du soin. Aborder la question de l’impunité et mesurer l’importance du certificat médical avec des experts en médecine légale, pour une prise en charge plus « globale » des victimes, sont des démarches que nous avons pu valoriser grâce à la mise en place ou au développement de réseaux de référence, dans chaque contexte d’intervention. Pourtant, les difficultés sont encore aujourd’hui immenses et les témoignages de crimes impunis trop nombreux, que ce soit en RDC, au Pakistan, en Haïti ou en Algérie. Comme l’a récemment[4] rappelé Julienne Lusenge, présidente d’une association de femmes au Nord-Kivu et partenaire de MdM, « Je peux citer le cas de parents dont la petite fille de 3 ans est morte à la suite de son viol par quatre agresseurs, des brigands de longue date connus de toute la communauté. Nous avons aidé sa famille à porter plainte. […] Condamnés à dix ans de prison, ils se sont tous échappés depuis. Et ce cas est loin d’être isolé. » Dans un contexte global de déni de justice, la première étape est d’appuyer le plaidoyer pour faire respecter et évoluer les cadres juridiques nationaux, régionaux et internationaux. En tant qu’ONG médicale, MdM entend promouvoir la délivrance systématique d’un certificat médical, qui constitue un droit pour toute victime et un devoir pour tout médecin. Il renvoie ainsi à « l’obligation d’attester », principe fondamental de l’éthique médicale. Dans le cadre de démarches juridiques, il constitue aussi un élément de preuve déterminant, première étape vers un accès à la justice et à la réhabilitation de la personne. Le certificat médical est également essentiel pour consolider un dossier de demande d’asile ou d’un statut de protection[5]

            A travers des réflexions juridiques, médicales, anthropologiques, sociales  et des expériences positives d’acteurs de terrain, un récent colloque[6] réunissant nos partenaires algériens, congolais, guatémaltèques, haïtiens, nicaraguayens et pakistanais, a permis de mettre en lumière non seulement les défis associés à la lutte contre les violences liées au genre mais aussi les stratégies d’actions possibles. Nos collègues haïtiens, par exemple, ont souligné que les ONG internationales peuvent parfois, dans un contexte de crise (ou de catastrophe naturelle) participer à la déstructuration des bases fragiles de plans nationaux. Leur présence massive peut également être un facteur limitant d’accès des ONG locales à des soutiens financiers. Il est également impératif de prendre en compte les déterminants socioculturels et de développer une démarche anthropo-sociologique, afin de ne pas céder à des visions ethno-centrées et mettre en œuvre des stratégies d’action inadaptées. L’approche par le genre implique enfin d’associer systématiquement les hommes dans les stratégies d’action, qu’ils soient auteurs ou victimes de ces violences, qu’ils aient une position spécifique au sein de leur communauté (comme les chefs coutumiers, religieux ou tribaux) ou non. Comme le souligne Juan Jimenez[7], « la violence à l’encontre des femmes est le résultat du pouvoir de domination et de contrôle de la part des hommes, d’où l’importance d’impliquer le genre masculin dans la lutte contre ces violences. » 

Cet article n’aurait pas été possible sans la contribution de toutes les personnes impliquées sur la problématique des Violences liées au Genre à Médecins du Monde, sur le terrain comme au siège, ainsi que des échanges riches et permanents réalisés avec nos partenaires.  



[1] Organisation Mondiale de la Santé, « Rapport mondial violence et santé », d’après 48 enquêtes de population réalisées dans le monde, 2002 

[2] Eric Fassin, « Le sexe politique : genre et sexualité au miroir transatlantique », Editions EHESS, Paris, 2009 

[3] Guide MdM, « Prévention et réponse aux violences liées au genre », parution en 2010 

[4] Dossier de presse MdM, « République Démocratique du Congo : le viol se généralise au Nord-Kivu », novembre 2009 

[5] Didier Fassin, Estelle d’Halluin, « The truth from the body : medical certificates as ultimate evidence for asylum seekers », American Anthropologist, 2008 

[6] Colloque MDM « Au-delà du constat : des réponses pour lutter contre les violences liées au genre », Bibliothèque François Mitterrand, 11 octobre 2010, Paris 

[7] Juan Jimenez, Représentant de l’association des hommes contre la violence (AHCV), Nicaragua (lors du colloque MdM du 11 octobre 2010) 

Publié dans Violences faites aux femmes | 2 Commentaires »

La nécessité de lutter contre les violences faites aux femmes

Posté par Jérôme Larché le 25 avril 2010

femmes223d87.jpg Depuis plusieurs années Médecins du Monde (MdM) met en œuvre, sur tous les continents, des actions de prévention et de réponse aux violences subies par les femmes. Ces interventions sont menées dans des contextes variés et concernent presque toutes les formes de violences perpétrées à l’encontre des femmes. Les équipes de MdM sont ainsi confrontées, dans la conduite de leurs activités, à des violences physiques, sexuelles, psychologiques, socio-économiques (accès aux soins) ou encore liées à des pratiques traditionnelles préjudiciables. Il peut s’agir de violences perpétrées à l’intérieur de la famille (domestiques), au sein du groupe social, ou encore commise au cours d’un conflit armé (les viols utilisés comme armes de guerre).  En réponse à ce large spectre des situations de violence, MdM met en œuvre plusieurs types d’actions et s’implique dans différents domaines d’intervention, destinés à répondre à la spécificité des besoins et de la prise en charge des femmes ayant été victimes de violences. Soigner est le premier mandat de Médecins du Monde. Cependant, pour répondre aux violences faites aux femmes, la prise en charge médicale est essentielle mais pas suffisante. Il faut savoir identifier, écouter la victime et la référer de manière appropriée afin de lui assurer un accès à un suivi psychologique, une assistance juridique et une aide sociale (réinsertion). C’est l’association de ces différentes interventions qui permet une véritable guérison et réhabilitation de la victime. Dans le contexte sensible des Violences Faites aux Femmes, l’action médicale peut également être une « porte d’entrée » permettant d’intervenir sur des questions de protections. MdM intervient aussi via des actions de prévention, de sensibilisation des communautés, de formation des professionnels (soignants et non-soignants) se trouvant sur le parcours de la victime, et de plaidoyer auprès des autorités. Au-delà des projets spécifiquement axés sur cette problématique (Guatemala, Algérie, Pakistan, Nicaragua, Moldavie, Haïti), Médecins du Monde intègre la prise en charge de femmes victimes de violences parmi les activités de programmes plus larges (Egypte, RDC, Niger, Pérou, Libéria).  En outre, MdM travaille aujourd’hui à renforcer la prise en compte des violences subies par les femmes dans l’ensemble de ses actions et plus particulièrement dans les projets de lutte contre le VIH/SIDA et de Santé Reproductive. Sur la plupart des terrains, Médecins du Monde travaille en appui et de concert avec des structures locales partenaires, institutionnelles ou issues de la société civile. C’est uniquement la collaboration de l’ensemble des acteurs et l’accès à des compétences variées qui offriront aux femmes ayant subie des violences la possibilité d’une reconstruction entière et pérenne. 

Considérant la multiplicité des contextes, la diversité des interventions et des partenaires, ainsi que l’ampleur du phénomène, MdM s’est engagé dans un développement plus structuré et un renforcement de ses actions touchant aux Violences Faites aux Femmes. Aujourd’hui, MdM met en œuvre une approche globale et pluridisciplinaire de la problématique des violences perpétrées contre les femmes et ce, à travers l’ensemble de ses programmes.

L’exposition « Femmes, après coup » est une installation photographique et sonore de Médecins du Monde pour dire les violences et témoigner des possibles reconstructions. Il s’agit de témoignages photo et audio de femmes victimes de violences recueillis par Lâm Duc Hiên, photographe, dans 7 des pays où MdM intervient : Guatemala, Haïti, Moldavie, Nicaragua, Pakistan, RDC (Goma et Kinshasa) et France. Catherine Hiegel de la Comédie Française prête sa voix à un audio guide, un récit dramaturgique qui accompagne le visiteur dans l’exposition, pour en savoir plus sur les violences, l’action de Médecins du Monde et nos demandes de plaidoyer. L’exposition est itinérante. Elle voyagera en France et en Europe dans les villes des délégations de Médecins du Monde. La question de présenter cette exposition sur les terrains est à l’étude actuellement. 

http://www.femmesaprescoup.com/

Publié dans Violences faites aux femmes | 2 Commentaires »

 

Les énergies du bien-être |
Ange ou Diablesse |
L'écologie pour les nuls |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Malica: une candidature int...
| la vérité toute simple
| parcelle 53