• Accueil
  • > Transparence et corruption

Corruption in the NGO world: what it is and how to tackle it

Posté par Jérôme Larché le 19 novembre 2011

Article published by the Humanitarian Policy Network at ODI

Corruption is a sensitive issue in the NGO world. Humanitarian actors need to understand what corruption is, recognise the forms it can take in humanitarian response, determine its true scale and better understand the conditions which lead to it. They also need to identify what mechanisms need to be put in place or strengthened to guard against corruption, even in  the most difficult contexts. Mitigating against corruption is necessary if NGOs are to achieve both operational efficiency and accountability to their stakeholders. However, it is also important to recognise that adopting a proactive and transparent approach to dealing with corruption may involve short-term risks to an NGO’s reputation.
 

What is corruption?

Transparency International (TI) defines corruption as ‘the abuse of power or position for private gain’.[1] This covers ‘active corruption’, such as bribery, and ‘passive corruption’, or allowing oneself to be bribed, as well as misappropriation. The exact scale of the problem in the humanitarian aid sector is by its nature very difficult to determine, but is assumed to be at much lower levels than corruption in the private commercial sector.

Another model of corruption takes into account the sources from which these risks emanate.[2] ‘Contextual’ corruption is linked to the environment surrounding the intervention (corrupt regimes, governments, police forces). ‘Systemic’ corruption refers to the humanitarian system, with its multiple, interacting and interdependent actors. ‘Intra-organisational’ corruption is linked to the constraints inherent within each NGO (human resources, active prevention strategies against corruption risks, verification procedures). This more operational model can help in prioritising and identifying NGOs’ scope of action in light of these risks. Thus, while NGOs have little hope of eradicating contextual corruption, they can and should take steps to prevent or address corruption within their own organisations.

A number of factors which can lead to corruption in humanitarian operations have also been identified.[3] These include lack of planning (or even the impossibility of planning), the number of humanitarian actors present and the financial resources at stake. The way in which the international humanitarian system has developed in recent years, including the exponential growth in the number of NGOs and the development of the humanitarian ‘industry’, has also been a contributing factor. Finally, we should not forget that corruption exists in developed countries, as well as developing ones.

Corruption and humanitarian aid: new dilemmas?

The number of NGOs has grown exponentially over the last 20 years, as has the scale of resources available. In 2010, it was estimated that humanitarian spending reached just shy of $17 billion.[4] Some NGOs have become transnational, with very large budgets. One American NGO, World Vision International, has a budget topping $2.6bn.

NGOs are often reluctant to talk about corruption for fear that it will lead to bad publicity and, consequently, a loss of funding. Working across borders to reach people in need can also give rise to allegations of corruption. The degree of confidentiality necessary to negotiate with those who control access can sometimes make transparency difficult to achieve. Moving clandestinely across borders to access affected populations, as NGOs have done over the years in many conflict situations, can also raise questions about the legitimacy and legality of such action. During the Afghan war in the 1980s, for instance, the Soviet-allied government in Kabul did not want humanitarian actors in Afghanistan, particularly in areas controlled by resistance factions. In this context, humanitarian NGOs had no choice but to cross the Pakistan–Afghanistan border illegally (without permission), through Peshawar and the North West Frontier Province. When humanitarian personnel were captured and held hostage by Soviet or Afghan forces, NGOs argued that the illegality of their actions did not decrease their legitimacy.

Humanitarian organisations cannot ignore the possible consequences of paying bribes or illegal taxes, especially in armed conflicts. Choosing to pay an illegal tax or bribe (in cash or in kind) when confronted by armed guards at a checkpoint may enable the organisation to access people in need, but can be misinterpreted as corruption. Choosing not to pay can mean that humanitarian needs go unmet and that lives may be lost or the risk of harm increased for NGO staff.

NGOs must widen the scope of risk assessment to consider whether their programmes are vulnerable to corruption, such as theft or misappropriation of funds or in-kind goods by warring parties, real or perceived inequities in the distribution of aid and sexual abuse and exploitation of beneficiaries by agency or partner staff. While every situation is different, in all cases NGOs have to balance their commitment to humanitarian principles with the need to control the risk of corruption so as to be truly accountable to their beneficiaries and donors. They should also be transparent with stakeholders about these challenges, and how they may affect decisions about whether or not to continue their work.


Still a taboo?

Some NGOs, particularly in Nordic countries, have chosen to publicise the results of corruption cases as well as the anti-corruption policies that they have implemented. For example, DanChurchAid (DCA) has a website page detailing corruption cases within the organisation and how they were dealt with.[5] Despite the financial crisis that began in 2008, DCA increased its 2009 budget to 498 million DKK (about $123m), a third of which came from private donors (the same proportion as in 2008). Being transparent about corruption does not appear to have negatively affected donor perceptions of DCA. Nonetheless, many NGOs believe that reporting cases of corruption is a major risk with potentially irreversible consequences for humanitarian organisations and their activities. They fear that such cases can undermine their credibility and reputation (particularly with the media), as well as discouraging public and private donations. In France, the Prometheus Foundation, a group of the largest French private companies, including oil, health insurance and pharmaceutical firms, has issued an ‘NGO Transparency Barometer’. The methodology, based only on available public data from NGOs’ websites, has been openly criticised by Coordination Sud, the French NGO forum.[6]

To open up the debate on corruption and to promote preventive measures, Médecins du Monde (MDM) led a study in 2008 which aimed to interview the 17 largest French NGOs regarding their perceptions of corruption, their approaches to field work and appraising and managing risks, and the procedures they had in place to minimise and prevent such risks.[7] Surprisingly, 11 of the 17 NGOs contacted refused to participate in this (strictly confidential) study. Among NGOs that agreed to take part, most recognised that cases of corruption were part of the significant operational challenges around humanitarian aid. The study confirmed what TI had already demonstrated: that humanitarian operations are most vulnerable to corruption in the procurement, transport and distribution of medicines, food, building materials and other consumables, particularly in large, rapid-onset emergencies.[8]

It is also important to remember that most emergency situations occur in countries where corruption is already widespread. The great majority of agency staff questioned in the 2008 study believed that corruption was primarily contextual in origin. Over half had witnessed incidents of corruption, been offered bribes or asked to pay them or had been invited to participate in corrupt activities.

NGOs need to ensure that they are well-informed about the nature and level of corruption in the countries in which they operate. This can be done by using, among other sources, Organisation for Economic Cooperation and Development (OECD) and TI reports on corruption levels. Although NGOs are unlikely to be able to address the root causes of ‘contextual’ corruption at a country level, individually or directly, by working with other NGOs and civil society it may be possible to mitigate the impact on humanitarian operations and local governance. In Bangladesh, for instance, 66.7% of households experienced some form of corruption when trying to access public services. Forty-eight percent of those interviewed encountered corruption in the health service, primarily bribery and nepotism. The most obvious examples were doctors charging for prescriptions and referring patients to their private clinics, and patients having to pay extra fees for tests in government hospitals. Community action at field level resulted in the creation of Committees of Concerned Citizens (CCCs), which acted as watchdogs on local governance and attitudes in both the education and health sectors. This led to dramatic improvements in the quality of care, and significantly reduced bribery, nepotism and negligence.[10] 

Accountability initiatives

At the international level, TI has just finalised a practical guide to identifying the weak links in the humanitarian response system in order to improve awareness and as far as possible prevent corrupt practices.[11] The guide also devotes significant attention to how to monitor and evaluate anti-corruption measures. Several NGOs, notably from English-speaking countries, participated in the development of this document, which is more technical than political.

In 1997, the Ethics and Transparency Committee of Coordination Sud drafted a charter of good practice.[12] Most large French NGOs are members of the Comité de la Charte, an independent organisation whose aim is to promote financial transparency. NGOs belonging to the committee are required to have their activities (financial and operational) audited each year by a certified auditor. NGO programmes and accounts are also subject to various external audits (several per year) commissioned by donors including EUROPAID and ECHO, as well as by the Cour des Comptes (the government audit office). In addition, most French NGOs have established internal control mechanisms which enable information from the field to be verified and cross-checked.

Conclusion

One of the lessons of the MDM study, which has also been confirmed by TI, is that it is extremely important for field teams to have appropriate and clearly defined intervention strategies, good knowledge of the field context and training on how to identify and reduce the risks of corruption, particularly operational risk factors associated with the procurement, transport, storage and distribution of relief goods.

As a complex global phenomenon with significant local consequences, corruption is a critical aspect of humanitarian thinking and action. Good governance and transparency are at the heart of NGO legitimacy. NGOs must work with Transparency International, the OECD and other institutional partners and private donors in order to fight corruption effectively. Strengthening community involvement in the implementation and evaluation of humanitarian (and development) programmes improves the ‘acceptance’ of NGOs by the beneficiary population and helps to mitigate against corruption and promote better local governance. We need an open debate on the risks of corruption and how to address them, without undermining donor funding to and beneficiary confidence in NGOs. As well as strictly operational considerations, corruption constitutes an important ethical and political challenge for humanitarian NGOs.

Jérôme Larché is a medical doctor, Associate Researcher at the Fondation pour la Recherche Stratégique and Delegate Director of Grotius International. He is a former board member of Médecins du Monde-France.


[1] Transparency International, Global Corruption Report, 2006.[2] Nicholas Stockton, Preventing Corruption in Humanitarian Relief Response, ADB/OECD Anti-Corruption Initiative for Asia and the Pacific, September 2005, http://www.oecd.org/dataoecd/63/49/35592702.pdf.[3] Daniel Maxwell et al., Preventing Corruption in Humanitarian Assistance: Final Research Report, Feinstein International Center, Humanitarian Policy Group and TI, 2008.[4] Development Initiatives, GHA Report 2011, http://www.globalhumanitarianassistance.org.

[5] See http://www.danchurchaid.org/about-us/quality-assurance/anti-corruption/cases.

[6] See http://www.promethee.fr/main.php.

[7] MDM in partnership with Sciences-Po Paris, Analyse de la corruption dans le secteur de l’aide humanitaire et perspectives, 2008. The 17 NGOs approached account for more than 80% of French humanitarian aid.

[8] See Preventing Corruption in Humanitarian Assistance.

[9] Michael Sheridan, ‘Massive Fraud Hits Tsunami Aid’, Times Online, http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/article706115.ece.

[10] C. Knox, ‘Dealing with Sectoral Corruption in Bangladesh: Developing Citizen Involvement’, Public Administration and Development, 29, 2009.

[11] TI, Preventing Corruption in Humanitarian Operations, 2010.

[12] See http://www.coordinationsud.org/wp-content/uploads/csud_charte.pdf.

Publié dans HOT SPOT, Transparence et corruption | 1 Commentaire »

Wikileaks ou la transparence qui dérange

Posté par Jérôme Larché le 25 octobre 2010

        La diffusion récente par le site web Wikileaks et son fondateur Julien Assange – devenu en quelques mois la bête noire des autorités américaines et australiennes – de 400 000 documents classifiés sur les pratiques de l’armée américaine et irakiennes, ainsi que sur celles des sociétés militaires et de sécurité privées en Irak soulève à nouveau de nombreux débats. On peut s’interroger sur le paradigme de le transparence prôné par Wikileaks, et qui paraît parfois orienté, mais toujours est-il que ces documents doivent nous questionner sur l’opacité des conditions de contractualisation de ces entreprises avec les Etats, ainsi que sur le déficit inacceptable de régulation et de redevabilité qui entoure leurs activités et dont elles ont jusqu’à présent largement bénéficié, aussi bien sur le plan financier que juridique. Ces révélations interviennent au moment même où le Président Karzaï a réitéré, lors du Conseil de sécurité afghan, sa ferme intention d’interdire les activités des sociétés de sécurité privées sur l’ensemble du territoire afghan.

Le « nouvel eldorado » irakien des EMSP

On compte aujourd’hui plus de 50 EMSP en Irak, employant environ 30 000 personnes. Un rapport récent a montré que sur un nombre total de 113 911contractors, 58% d’entre eux étaient affectés à des tâches de support logistique, tandis que 11% d’entre eux  (soit plus de 12 000) se chargeaient de tâches de sécurité (et par là même, participaient occasionnellement aux combats) [1]. Si le nombre total de contractors a diminué en Irak, du fait du désengagement progressif de l’armée américaine et des troupes de la coalition, la proportion affectée à des tâches de sécurité a, quant à elle, progressé de 38%.  26% seulement des contractors en Irak sont des « nationaux », alors qu’ils représentent plus de 75% en Afghanistan. Cette « afghanisation des milices privées[2] » a été conceptualisée sur le terrain irakien par le Général Raymond Odierno, qui affirmait que « l’emploi des irakiens, non seulement permet d’économiser de l’argent mais renforce aussi  l’économie irakienne et aide à éliminer les causes de l’insurrection – la pauvreté et le manque d’opportunités économiques[3]. »   

Une intégration difficile aux stratégies militaires des Etats engagés

Comme en Irak, la stratégie contre-insurrectionnelle prônée par l’administration américaine et la coalition otanienne en Afghanistan a prôné d’emblée l’utilisation de forces militaires privées, y compris des milices tribales reconverties secondairement en EMSP locales. La complexité des situations dans lesquelles ces EMSP sont actuellement employées  est renforcée par la mauvaise intégration de ces dernières dans les chaînes de commandement militaire, et par les frictions générées avec les soldats « réguliers ». En Irak comme en Afghanistan, les Rambo sont légions et leurs faux pas peuvent avoir des conséquences délétères non négligeables. En Irak, l’armée américaine a ainsi dû faire face pendant le soulèvement des miliciens d’Al-Sadr à des défections brutales de contractors, qui ont préféré fuir ces situations jugées trop dangereuses. Le recrutement de ces nouveaux mercenaires peut également s’avérer très hasardeux. Ainsi, la société Blackwater (qui s’appelle Xe aujourd’hui) a pu employer des militaires chiliens, anciens membres des commandos formés sous la dictature d’Augusto Pinochet[4]. 

Des pratiques opaques de contractualisation

La privatisation et l’externalisation s’inscrivent aussi dans une démarche de réduction et de rationalisation des coûts. Un rapport du General Accountability Office (la Cour des Comptes américaine) a montré, qu’entre 2007 et 2008, plus de 5 milliards de dollars ont été versées pour les contractors (et USAID, qui lui-même contracte pour plus de la moitié de ses financements) en Afghanistan quand, pour la même période, 25 milliards de dollars l’ont été pour l’Irak[5].Cependant, les conditions d’attribution de ces marchés publics ont parfois été très opaques, mettant en évidence une possible collusion entre membres de l’administration américaine de G.W. Bush et le complexe militaro-industriel. L’exemple le plus visible a été celui du vice-président américain, Dick Cheney, ancien directeur de la société Halliburton, dont la société Kellog Brown and Root (KBR) est une des filiales, et à qui a été confiée la gestion de toutes les infrastructures américaines en Irak, pour des contrats de plusieurs milliards de dollars. D’ailleurs, le gouvernement Obama vient d’engager des poursuites judiciaires contre le groupe KBR pour ses coûts en Irak, mais aussi pour avoir illégalement engagé et armé des sous-contractants[6].

En prenant l’Irak pour exemple, il est aisé de constater que la plupart des contrats ont été rédigés sous le sceau du secret, la plupart du temps sans appels d’offres, et ce basé sur les procédures d’exceptions de la loi fédérale de régulation des acquisitions.. Se pose également le problème des conflits d’intérêts entre les différentes parties contractuelles. Un rapport récent du Center for Public Integrity a en effet montré que 60% des EMSP ayant bénéficié de contrats de la part du gouvernement américain avaient des employés ou des membres de leur conseil d’administration qui avaient soit servi, soit avaient des liens forts avec les organes exécutifs des administrations républicaine ou démocrate, avec des membres du Congrès des deux partis, ou avec des militaires de haut niveau.

Des dérives opérationnelles préoccupantes

Au delà des aspects financiers, les exemples d’abus et de violations des droits humains commis par les EMSP sont nombreux et documentés. En Irak, certains d’entre eux sont devenus symboliques des dérives de violences et d’atteintes à la sécurité humaine liées à  l’utilisation des EMSP, comme de l’impunité qui en découle. La fusillade de la place Nisour, le 16 septembre 2007, a fait 16 morts, des civils irakiens tués par des contractors de la société Blackwater[7], rebaptisée Xe depuis. Autre incident relaté, le comportement des membres de la société ArmorGroup, chargée de la surveillance et de la protection de l’Ambassade des Etats-Unis à Kaboul. En juin 2009, une association de vigilance sur les projets gouvernementaux révéla, en effet, de graves et systématiques dysfonctionnements sur le plan contractuel (gardes ivres, nombre insuffisant de gardes, niveau d’anglais insuffisant) mais aussi sur le plan du respect humain (harcèlement sexuel, stigmatisation des gardes afghans, privations de sommeil,…), entraînant des problèmes de sécurité. Une enquête du sous-Comité du Sénat américain pour la surveillance des contrats menée a pourtant récemment démontré que le Département de la Défense avait renouvelé sa confiance à ArmorGroup jusqu’en juillet 2010, avec une possibilité d’extension du contrat jusqu’en 2012.   

Une absence de régulation et de redevabilité

Les dérives des pratiques des EMSP, notamment sur les terrains de conflits, paraissent liées à l’absence de régulation effective de leurs activités. Les contractors des EMSP, et notamment ceux présents en Irak ou en Afghanistan opèrent théoriquement sous trois niveaux d’autorité légale : 1) celui du droit international humanitaire et des mandats du Conseil de Sécurité des Nations Unies , 2) celui de la loi américaine ou de leur pays d’origine (en fonction des législations existantes), 3) celui des lois domestiques des pays hôtes. Ce cadre juridique est pourtant insuffisant car les contractors d’Irak et d’Afghanistan ne rentrent pas dans la définition étroite de « mercenaires », définie aussi bien par le protocole 1 additionnel de 1977 aux Conventions de Genève, que par la Convention du 4 décembre 1989 élaborée sous l’égide des Nations Unies.  Le CICR a récemment rédigé un document visant à mieux définir le concept de « participation directe aux hostilités », élément d’importance pour distinguer notamment les civils combattants et non combattants.  Pour le CICR, « tous les acteurs armés [d’un conflit armé international] montrant un suffisant d’organisation militaire et appartenant à une des parties au conflit, doit être considérée comme des forces armées de cette partie[8] ». En lien avec des partenaires institutionnels, la Suisse s’est lancée ces dernières années dans une large réflexion sur le sujet des EMSP, afin de trouver des pistes d’actions pour mieux encadrer l’activité de ces sociétés militaires privées. On peut distinguer deux actions en particulier, celle de l’initiative conjointe avec le CICR qui a abouti à la présentation devant l’Assemblée Générale des Nations-Unies le 6 octobre 2008, du Document de Montreux. La deuxième initiative importante a permis la promotion d’un Code de Conduite Global à l’attention des EMSP, finalisé en janvier 2010, et rédigé en collaboration avec le DCAF et l’Académie du Droit International Humanitaire et des Droits de l’Homme de Genève. Les initiatives du gouvernement suisse et du CICR peuvent donc s’analyser, au-delà des interrogations politiques sur la privatisation de la violence, comme des stratégies de réduction des risques face à une activité globalisée, utilisée par de nombreux Etats et organismes internationaux. D’autres mécanismes, comme une adaptation de la contractualisation, pourraient éventuellement améliorer la redevabilité et le contrôle externe des EMSP.      

  

La multiplication de crises et de terrains de conflits, le contexte actuel de crise économique et la tendance à la réduction des budgets militaires (notamment en Europe) devraient entraîner une très probable sollicitation accrue aux EMSP, comme en Irak, où 7 000 contractors armés vont travailler pour l’administration américaine après le départ des dernières troupes de combat.  En Irak comme en Afghanistan, l’utilisation massive des actions civilo-militaires dans le cadre de stratégies contre-insurrectionnelles, la doctrine des approches intégrées, comme les dommages collatéraux induits par les troupes de l’OTAN et les dérives de certaines EMSP sur les populations locales, ont pu participer à l’accroissement d’une perception négative et durable des forces armées de la coalition, mais aussi des occidentaux travaillant dans le secteur de l’aide humanitaire et du développement.

En Irak comme en Afghanistan, les pertes non comptabilisées des contractors permettent surtout de masquer le coût humain réel du conflit, car elles restent largement invisibles pour les citoyens. Les documents de Wikileaks viennent renforcer cette nécessité de régulation et de contrôle des EMSP, même si , au final, l’objectif final de Julien Assange paraît d’une transparence toute relative.


[1] Schwartz, M., Department of Defense Contractors in Iraq and Afghanistan: Background and Analysis “, Congressional Research Service (CRS), décembre 2009 

[2] Larché J., “L’afghanisation des milices privées, une fausse bonne idée”, www.youphil.com , 1er septembre 2010 

[3] General Odierno, R.T., Memorandum, “Increased Employment of Iraq Citizens Through Command Contracts”, Multi-National Force-Iraq, janvier 2009. 

[4] Franklin, J., « US contractors recruits guards for Iraq in Chile », The Guardian, 5 mars 2004 

[5] “Contingency Contracting: DOD, State, and USAID Contracts and Contractor Personnel in Iraq and Afghanistan”, U.S. Government Accountability Office GAO-09-19, octobre 2008, p. 21 

[6] Hefling, K., US sues contractor KBR over Iraq bills”, Associated Press,  1er avril 2010 http://www.zimbio.com/KBR/articles/ZlbHfb_q_y9/sues+contractor+KBR+over+Iraq+bills  

[7] Scahill, J., Blackwater : l’ascension de l’armée privée la plus puissante du monde, Editions Actes Sud, 2008, p.13-18 

[8] International Committee of the Red Cross, “Interpretative guidance on the notion of direct participation in hostilities under international humanitarian law”, 2009, http://www.icrc.org/Web/eng/siteeng0.nsf/htmlall/direct-participation-report_res/$File/direct-participation-guidance-2009-icrc.pdf  

Publié dans Crises et conflits, Securite et relations militaires-humanitaires, Transparence et corruption | Pas de Commentaire »

ONG et corruption : le nouveau paradigme de la transparence ?

Posté par Jérôme Larché le 2 septembre 2010

      Phénomène global aux prismes multiples et aux conséquences locales significatives, la corruption – et la transparence – doivent faire partie désormais du champ de réflexion et d’action des acteurs humanitaires. Lors du tsunami meurtrier de 2004, des incidents de corruption et un manque de transparence de certaines ONG ont été portées à l’attention du grand public. Problématique sensible et encore tabou pour nombre d’ONG, il n’en reste pas moins nécessaire de mieux définir ce que recouvre la notion de corruption, d’évaluer son importance réelle, et mieux comprendre les conditions qui la favorisent.

De façon parallèle, il convient également d’identifier les mesures à mettre en place – ou à renforcer – pour la prévenir au mieux, même sur des terrains difficiles (dans des contextes de conflits armés, de post-conflit, ou dans des pays déjà ancrés dans des pratiques de corruption). En effet, il existe un devoir de redevabilité («accountability») des ONG – envers les bénéficiaires tout d’abord, mais aussi envers les potentiels bailleurs -, visant à prévenir une perte d’efficacité opérationnelle (par détournement de matériel ou de médicaments par exemple) et d’intégrité dans la gestion financière de ces projets.

La possible perte de crédibilité et d’image, tant vis-à-vis de l’opinion publique que des partenaires, est aussi un facteur essentiel qui doit inciter les ONG à agir de façon proactive. Il conviendra néanmoins de réfléchir aussi au piège moralisateur de ce nouveau paradigme de la transparence, dont les écueils potentiels (perte d’efficacité opérationnelle dans certains contextes, instrumentalisation, labellisation…) sont réels.

Quelles définitions pour la corruption ?

Comme l’a défini Transparency International (TI), la corruption correspond à «l’abus de pouvoir ou de position à des fins de gains privés». De cette manière, la corruption active –corrompre- ou passive –se laisser corrompre-, tout comme le détournement, sont pris en considération. La quantification exacte des problèmes de corruption ou de manque de transparence dans le secteur de l’aide humanitaire sont par essence difficiles à déterminer mais très probablement sans commune mesure avec ce qui a pu être observé dans le secteur commercial privé.

Tout en gardant la même définition, une autre typologie des phénomènes de corruption peut être envisagée, prenant en compte les sources d’où émanent ces risques de corruption. On peut distinguer tout d’abord la corruption «contextuelle», liée au milieu dans laquelle se fait l’intervention (régimes, administrations, polices corrompues), puis la corruption «systémique» en rapport avec le fonctionnement complexe du système humanitaire actuel (nombreux acteurs en interrelation et interdépendance), et enfin la corruption «intra-organisationnelle», liés aux contraintes inhérentes à chaque ONG (ressources humaines, stratégies de prévention active des risques de corruption, procédures de contrôles au siège comme sur le terrain).

Plus opérationnelle, cette typologie a le mérite d’opérer une certaine hiérarchisation et d’identifier la marge de manœuvre réelle des ONG face à ces risques. Ainsi, si l’éradication de la corruption «contextuelle» par une ONG parait très peu probable, il n’en va pas de même pour celle concernant les mesures internes à prendre au sein de chaque organisation. Les actions à envisager pour lutter contre les risques de corruption peuvent donc aller de la promotion de la transparence par le biais de la société civile (contextuel), à un système efficient d’échanges d’informations (systémique) et à la formation des équipes de terrain à cette problématique (intra-organisationnel).

Un certain nombre de facteurs prédisposant aux pratiques de corruption ont pu être identifiés. Outre le contexte d’urgence, il s’agit des incertitudes liées au manque, voire à l’impossibilité, de planification, du nombre d’acteurs humanitaires présents, et des volumes financiers en jeu. Mais il apparait évident aujourd’hui que le cadre même dans lequel le système humanitaire international s’est développé des dernières années (croissance exponentielle du nombre d’ONG, sur-médiatisation des crises, et l’accroissement du «business humanitaire») a renforcé ces prédispositions. Comme l’a souligné Nicolas Stockton, directeur de l’ «Humanitarian Accountability Partnership-International» (HAPI), l’absence de la moindre irrégularité financière, constatée suite à un audit portant sur un montant de 220 millions de livres sterling pour des projets au Kosovo rassemblant 44 organisations différentes et 217 contrats, peut donc laisser perplexe !

Enfin, comme l’attestent de nombreux rapports (TI, OCDE, Banque mondiale) et l’actualité récente, de nombreuses entreprises de pays dits-développés, et pas seulement les pays en voie de développement, ont de telles pratiques. Il s’agit donc d’un phénomène globalisé, favorisé par les dérives de l’économie financière, et contre lequel il faut se prémunir d’un dangereux «ethnocentrisme occidental».

Risque de corruption et aide humanitaire : un nouveau dilemme ?

Depuis 20 ans, la sphère humanitaire s’est particulièrement développée avec une croissance exponentielle du nombre d’ONG, en France (40800 répertoriées à ce jour) comme ailleurs. En 2005, on estimait que l’ensemble des actions humanitaires au niveau mondial avaient mobilisé des sommes de l’ordre de 17 milliards d’euros. Certaines ONG, essentiellement nord-américaines et européennes, devenues transnationales, ont des budgets très importants, allant de quelques centaines de millions d’euros (Médecins du Monde, Action contre la Faim, Médecins sans Frontières) jusqu’à plusieurs milliard de dollars (World Vision International).

En moyenne, 40% du budget des ONG françaises proviennent de financement publiques et 60% de financements privés. Ainsi, fortement dépendantes de la générosité du public pour leurs dons privés, garantie aussi d’une réelle indépendance financière et politique, les ONG sont parfois réticentes à communiquer sur ce thème, de peur que cela n’engendre une mauvaise publicité et, en conséquence, une perte de financement.

Au-delà du thème de la corruption, la question du dilemme est centrale pour les humanitaires car elle renvoie à la dialectique permanente de l’intention de leur action et de l’impact (positif ou non) qu’elle génère sur son environnement. Le «primum non nocere» et la balance risque / bénéfice, évalués avant tout acte médical par le médecin qui l‘accomplit, devraient voir leur champ d’utilisation élargi à la probabilité de détournement de l’aide (ou d’autres formes de corruption), et donc mieux pris en compte par les ONG.

Il convient néanmoins de rappeler que l’ «ADN» des ONG, leur mandat – notamment dans les situations de conflits, de catastrophes socio-naturelles, ou d’urgences complexes – est d’accéder aux populations. En impliquant ces dernières d’emblée dans les actions, il s’agit dans un premier temps de pallier les urgences vitales puis de les accompagner dans la reconstruction. Ainsi, il y a plus de 20 ans, lorsque les équipes de MDM ont fait le choix de passer clandestinement la frontière pakistano-afghane pour aider les populations afghanes, ces questions se posaient déjà… La réalité «vécue» actuelle des équipes de terrain face à des hommes en armes lors des passages de check-points, seuls moyens parfois pour accéder aux populations vulnérables et répondre à leurs besoins, se pose dans les mêmes termes.

En conséquence, des humanitaires peuvent se retrouver dans une situation où l’aboutissement de l’aide est mis en question par une demande illicite d’indemnisation financière (ou en nature). Si l’objectif prioritaire est de sauver des vies, le dilemme peut être partiellement résolu au profit de l’aboutissement rapide de l’aide. Ce nouveau «dilemme humanitaire» ne peut souffrir d’une attitude manichéenne et doit donc trouver des réponses pragmatiques, au cas par cas, sans pour cela gommer le questionnement moral et éthique que ces situations induisent.

Néanmoins, les humanitaires ne peuvent pas ignorer les conséquences potentielles de ces pratiques, notamment dans les conflits armés. Qu’il s’agisse du renforcement possible d’une économie de guerre (vol ou détournement de l’aide par les belligérants), d’une recrudescence de tensions ethniques (répartition de l’aide), d’un affaiblissement de l’économie locale (effet «pervers» de l’aide alimentaire), ou d’une prédation de l’aide par des seigneurs de guerre, les ONG ont un devoir de responsabilité pour décider, ou non, de poursuivre leurs actions.

Si chaque situation particulière doit trouver une solution contextualisée, il parait possible que les ONG puissent s’engager à la fois dans une défense réaffirmée des principes de l’action humanitaire (humanité, impartialité, indépendance et neutralité opérationnelle), et dans la prévention et l’atténuation («mitigation») des risques de corruption, dans un souci de transparence renforcée, envers les bénéficiaires, mais aussi les donateurs privés et les bailleurs de fond.

Un sujet encore tabou en France ?

En France comme ailleurs, la mise à jour d’un cas de corruption au sein d’une ONG est perçue par beaucoup comme un risque majeur avec des conséquences irréversibles pour les acteurs humanitaires et leurs activités, pouvant provoquer une remise en cause de leur crédibilité et de leur notoriété (auprès des médias notamment), ainsi qu’une réduction significative de leurs ressources.

Pour ouvrir le débat sur ces problématiques et promouvoir des mesures anticipatoires, Médecins du Monde a mené en 2008 une étude auprès des 17 plus grosses ONG françaises, visant à les interroger sur leur perception des phénomènes de corruption, la façon dont elles estimaient les terrains et situations à risques, et les mesures prises pour minimiser et prévenir ces risques. De façon surprenante mais traduisant le caractère encore tabou de cette problématique, 65% des ONG contactées ont refusé de participer à cette enquête strictement anonyme. Les ONG ayant accepté de participé ont reconnu dans 75% des cas que la corruption faisait partie des enjeux opérationnels importants de l’aide humanitaire, et que les situations d’urgences, comme le tsunami en 2004, constituaient des situations particulièrement exposantes.

Il est toutefois important de rappeler que la plupart des contextes d’urgence se déroulent dans des pays où la corruption est déjà prégnante, 86% des personnes interrogées estimant que la corruption est d’abord d’origine contextuelle. Comme l’avait déjà démontré TI, cette enquête a confirmé que les domaines les plus exposés dans la logistique opérationnelle humanitaire sont ceux de l’achat et de la distribution de médicaments, de consommables, du fret de marchandises et les travaux de rénovation et de construction. Enfin, il semble que plus de 50% des personnes interrogées aient été témoins ou objet d’offres illicites.

Il convient donc que les ONG soient lucides sur les questions de gouvernance des pays dans lesquels ils interviennent – en s’aidant par exemple des documents produits régulièrement par l’OCDE ou TI-, mais aussi sur les facteurs de risques de corruption induits par leurs actions, et ce pour mieux les contrôler, les atténuer, voire les éradiquer. Certaines ONG, notamment suédoises, ont choisi l’affichage public des résultats de leurs cas de corruption mais aussi des politiques anti-corruption qu’elles mettent en œuvre. Même si cela relève aussi de choix qui sont plus «culturels» et qui ne préjugent pas de l’engagement réel des autres ONG –notamment françaises- sur cette problématique, cette visibilité a le mérite de la clarté.

Les ONG humanitaires : sans frontières mais pas sans contrôles !

Au niveau international, TI vient de finaliser un guide pratique permettant d’identifier les «maillons faibles» dans les dispositifs humanitaires, afin d’améliorer la prise de conscience mais aussi de prévenir, autant que faire se peut, les pratiques de corruption, qu’elles soient liés à l’acquisition de matériel, aux questions de ressources humaines, de gestion des fonds, ou de la distribution (médicaments, nourriture,…). Une place importante est également faite à la surveillance et à l’évaluation de ces mesures. Plusieurs ONG, notamment anglo-saxonnes, ont participé à l’élaboration de ce document, plus technique que politique. Depuis 2003, un consortium inter-ONG l’ «Humanitarian Accountability Partnership-International», est chargée de veiller à ce que l’action humanitaire soit comptable de ses actions envers les populations bénéficiaires.

La communauté des ONG humanitaires françaises n’a pas attendu les secousses médiatiques qui ont suivi le catastrophique tsunami en Asie du Sud-est pour mettre en place des mécanismes d’alertes et de contrôle (internes comme externes) concernant les questions de transparence et de lutte contre la corruption. Sur le plan externe, la plateforme des ONG françaises –Coordination Sud- travaille au sein de sa Commission «Ethique et Transparence» à la rédaction d’une charte de bonnes pratiques engageant l’ensemble de ses membres. Dans le même esprit, la plupart des «grosses» ONG françaises sont membres du Comité de la Charte, organisme indépendant dont le but est de promouvoir la transparence et la rigueur de la gestion pour permettre le «don en confiance».

De plus, chaque association ayant recours de façon significative à la générosité du public est tenue de faire certifier ses résultats chaque année par un commissaire aux comptes, et de nombreux audits externes (plusieurs dizaines par an) sont réalisées au sein de chaque ONG, par les bailleurs (EUROPAID, ECHO etc.) comme par la Cour des Comptes. En interne, en plus des messages à visée pédagogiques délivrés en amont des programmes, des mécanismes de contrôle – visant à vérifier et croiser la validité des informations fournies par les terrains – existent déjà.

Conclusion

Au-delà de la responsabilité de chacun, le système humanitaire contemporain est devenu, de part sa globalisation-fragmentation, son interdépendance, et la transversalité des contraintes qu’il affronte, un méta système que l’on peut qualifier d’«Humanitaire complexe». Les problématiques de gouvernance et de transparence sont au cœur de la légitimité des ONG, et l’enjeu aujourd’hui est donc d’ouvrir pleinement le débat sur les risques de corruption auxquelles elles font face, et dont elles sont plus souvent victimes qu’actrices, sans mettre en danger leur action auprès des bénéficiaires.

Un travail commun avec des associations comme Transparency International, mais aussi d’autres partenaires, institutionnels (OCDE, bailleurs de fonds) ou non (donateurs privés), est donc indispensable pour renforcer et afficher des stratégies opérationnelles efficaces dans la lutte contre la corruption. Un des enseignements de l’étude de MDM, confirmé dans le rapport récent de TI, est qu’il est primordial d’affiner les stratégies d’intervention (cadre logique précis, bonne connaissance du terrain, formation des équipes aux risques de corruption, systèmes d’alerte guidés par des indicateurs,…).

Par ailleurs, une implication communautaire renforcée dans l’élaboration, la réalisation et l’évaluation des programmes sur le terrain, améliore l’adhésion des populations et a montré son efficacité dans la lutte contre les phénomènes de corruption et dans la promotion d’une meilleure gouvernance locale. Enfin, l’attitude proactive et sans complexe des ONG sur cette problématique limitera sans doute les dérives d’instrumentalisation de la transparence, comme celle de la Fondation Prometheus à l’agenda trouble, et freinera peut-être la volonté de certains d’instaurer une labellisation des ONG, dont l’objectif est plus d’instaurer un contrôle politique sur des associations parfois dérangeantes que de répondre aux vraies priorités et aux besoins des populations.

Publié dans Reflexions et prospectives, Transparence et corruption | Pas de Commentaire »

ONG: comment prévenir les risques de corruption?

Posté par Jérôme Larché le 30 avril 2010

Le 29 mars dernier s’est tenu, à l’initiative de Transparence International France (branche française de Transparency International) la première conférence en France sur les questions de transparence et de corruption concernant les ONG, et qui réunissait des participants de l’Agence Française du Développement (AFD), de Coordination Sud (plateforme des ONG de solidarité françaises), du Comité de la Charte, et de Médecins du Monde.

Le compte-rendu de la réunion vient de sortir, et est disponible sur le site web de Transparence International.

Pour ceux qui ne peuvent pas attendre, voici le compte- rendu (en pdf)ONG: comment prévenir les risques de corruption? dans Transparence et corruption pdf crconference29032010.pdf

Publié dans Transparence et corruption | 1 Commentaire »

Charity-business et spéculation: le (mauvais) exemple de la Fondation Carla Bruni?

Posté par Jérôme Larché le 29 avril 2010

             Qui a dit que l’argent n’avait pas d’odeur? La polémique qui nait aujourd’hui concernant la provenance de certains fonds finançant la Fondation Carla Bruni est instructive… En effet, il semblerait que la Première Dame de France ait accepté pour sa fondation, une somme d’1,5 million d’euros de John Paulson, un banquier spéculateur. Celui ci aurait engrangé des bénéfices de l’ordre de 5,7 milliards de dollars en 2007 et 2008 en spéculant sur la baisse des subprimes, ces produits financiers toxiques de l’immobilier américain. Cette information, fournie par le Telegraph dans son édition du 23 avril 2010, intervient alors que son mari de Président s’active pour moraliser le capitalisme financier et dans une période où il est demandé aux ONG humanitaires de faire preuve de plus de transparence, comme le préconise Transparency International.

sarkoetlesmechantsspeculateurs.jpg 

Publié dans COUPS DE GUEULE, Transparence et corruption | Pas de Commentaire »

 

Les énergies du bien-être |
Ange ou Diablesse |
L'écologie pour les nuls |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Malica: une candidature int...
| la vérité toute simple
| parcelle 53