The role of military during and in the aftermath of natural disasters

Posté par Jérôme Larché le 5 décembre 2010

 Présentation de JL au 13eme Congrès Humanitaire de Berlin – 15 octobre 2010

The year 2010 has been particularly impacted by major humanitarian crisis, both in conflict and natural disasters settings, and effectively associates more than ever trauma, chaos and politics. Introduction 

Relationship between civilian and military/combatants constitute a critical issue to humanitarian NGOs which are confronted by manifold challenges in their relations with these military actors, including international peacekeeping forces, state and non-state armed forces, armed groups and combatants.  

The ability of NGOs to deliver assistance in times of conflict and natural disasters depends on their ability to maintain their humanity, impartiality, neutrality and independence from any political agenda involved in a natural disaster, particularly in case of pre-existing conflict as in Pakistan. 

Associations with any party to the conflict whether indeed real or perceived, can compromise their access to affected populations. For this reason, ‘civil-military relations’ (Civ-Mil) poses numerous challenges and is a critical policy and operational issue for humanitarian NGOs. 

In recent years, humanitarian NGOs have witnessed an increasing use of humanitarian discourse by policy-makers and military officials to describe political strategies and military operations. 

This contestable labelling undermines the distinctions between humanitarian assistance and political forms of intervention in crisis situations. This blurring of the lines is damaging both to the conflict / natural disaster affected population, and to our humanitarian mandates. 

Through Haiti and Pakistan examples, I will try to focus on the need, for humanitarian community, of a clear and collective stance towards relationship between military (regular and privates ones) and humanitarian actors. 

Earthquake in Haiti (January 2010) 

The earthquake in itself was barely foreseeable, but that was not the case for its humanitarian and sanitary consequences. It also highlighted another crisis, political and social one, which last since Haiti’s independence, in 1804. Before the earthquake, 80% of the population was living with less than 2 dollars per day, and with a child mortality rate of almost 60/ 1000 births and GNP / inhabitant of 1300 dollars. Under the UNDP classification, Haiti is located at the 203rd place on 229 countries. After the earthquake, American forces entered very rapidly in Haiti, to restore and control Port-au-Prince airport. Some OCHA representatives argued for a better efficiency in aid delivery that a foreign army (the US army) did not let the control to civilian authorities, UN or Haitian authorities as well. However, some facts show that this military control led to some problematic issues: 

-          Some planes transporting mobile hospitals have been unable to land; -          American or Canadian citizen have been prioritized, mobilizing helicopters and other aid logistics; 

-          Some Haitians have been refused to enter public hospitals by American armed forces,… At this time, some NGOs accepted this integrated approach where objectives were not only humanitarian, but sometimes also political. What is more problematic is that they accepted to function under military control, and not civilian control, which is contrary to Oslo guidelines. This situation led to an altered perception of aid, seen sometimes as partial, and which maybe participated to the already difficult security context. 

However, logistics and transportation provided by American forces have been helpful, given the huge needs encountered, but crisis disaster response modalities and its coordination should have been more rapidly transferred to a civilian control. This militarization of aid led to a potentially and deleterious confusion. Floods in Pakistan (August 2010) 

In late April / May 2009, after a previous agreement aborted, the Government of Pakistan launched a large-scale military operation against pro-Taliban militants in Buner, Lower Dir, and Swat Valley (districts located in NWFP). The local civilian population either started moving out or have been trapped in the hostilities area, hardly accessible to external aid. The majority of those who left, fled into Peshawar, Mardan and Swabi districts, although some displacement has also been reported towards other areas of the country such as Islamabad / Rawalpindi or Lahore. This sudden vast displacement of population adds on the previous displacements all over western Pakistan, caused by the ongoing conflicts in Afghanistan, in NWFP, in the FATA[1] and in Baluchistan. 

According to the UN Logistics cluster and Pakistani authorities, the total number of displaced people and new IDPs was estimated between 1.6 and 2.2 million people. The observed pattern of displacement[2] was that the majority of displaced families did not accommodate within the available IDP camps. 80% of the displaced population (up to 90% in Swabi district according to our analysis) was instead finding shelter within host families, placing then excessive burden on those families, or gathering in some “spontaneous gathering points” such as school facilities or public premises. Combined to a precarious situation before the crisis for the whole population, this led to an extra burden on host population which had to share little it owns and leading to pauperization. 

Following a central governmental decision, NWFP government announced on last July that IDPs should go back to their villages of origin as soon as areas are declared “clear and safe”. Unfortunately, this was not the case, and many violations on IDP guiding principles, notably by forced returns, were observed 

Last but not least, by end of July monsoon has shown signs of greater scale than previous years, foreseeing potential impacts in area of intervention. Further assessments guided MdM to develop specific response to urgent needs in districts such as Nowshera & Charsadda, and to increase the scope of health services in Kohat district with the set-up of a Diarrhoea Treatment Center. In this highly sensitive political and military context, with a combination of WHAM and counter-insurgency strategies, NGOs movements were severely controlled by Pakistani military forces and did not reach all conflict- and disaster-affected populations. 

In southern parts of the country, as in Sindh Province, such a conflict context was not present but forced displacements of populations, led by militaries, were also observed. 

Possible rules of regulation 

In natural disaster settings, the use of military assets as a last resort for humanitarian operations must be under civilian control, thus avoiding any association between humanitarian aid and a military or political objective which could hinder the overall humanitarian efforts. 

In accordance with international legal instruments and guidelines (such as International Humanitarian Law, Oslo and MCDA guidelines, IASC reference paper on civmil relationship in complex emergencies), humanitarian actors are to maintain a clear distinction from military/combatant actors in their identities and actions as per their recognized roles and mandates. 

In relief operations, civil protection is the organization of civilian bodies designated to respond to a range of emergency measures in the event of natural, environmental and/or industrial disaster. In the European Union, the civil protection resource is another instrument which European humanitarian aid may draw on. These assets, when deployed in a humanitarian context in third countries, are under civilian command and in principle deployed in response to a formal request from the affected state. 

Even if the Lisbonne Treaty is quite ambiguous towards possible roles of humanitarian actors, the European Union recently re-emphasized the commitment to principled humanitarian action in the European Consensus on Humanitarian Aid (December 2007). VOICE, a platform of 86 european international NGOs, calls for the implementation of this joint policy statement which has been signed by European Commission, European Parliament, and the 27 EU Member States in order to ensure the access and space for independent humanitarian action. It is important also to recall that humanitarian action is neither an instrument for resolving conflict or managing crises, nor a mean for fighting against terrorism. 

This collective stance is, to my point of view, a mandatory condition to safeguard our access anywhere and anytime to vulnerable populations that is now under threat from this confusion. I am convinced that this confusion threatens not only acceptance of our work by communities but also their participation in it – acceptation and participation being key elements for the security of our programs and teams – and, as a result, compromise our actions. It is therefore necessary to be determined to remain an impartial and independent player, and concerned to be made a potential tool of any government’s policy. Coordination between humanitarian actors and military/combatants should be avoided, particularly in conflict areas. 

We can, however, recognize that dialogue with armed forces can be necessary to make delivery of aid more effective, to save lives, promote humanitarian principles, avoid competition and minimize inconsistency. Such dialogue can take place only if it poses no security issue for the beneficiary population, for local partners and for our teams, and if it does not compromise our impartiality. 

We encourage the entire humanitarian community to promote, in all circumstances, VOICE policy statement and operational recommendations, which has been already adopted at the European level by 86 international NGOs in 2009, and shared with DG ECHO, in Brussels. Because of climate change, natural disasters are supposed to be more frequent in the following years, but their consequences on populations will be hardened by pre-existing social precarity and poverty, as it has been shown in Haiti, in Pakistan or even in New Orleans, after Katrina hurricane. More efficient and proactive disaster response preparedness mechanisms and a strict adherence to Oslo guidelines by all actors are important steps we need to promote. 

Moreover, the situation can be ever more critical if complex emergencies and natural disaster are associated, as in the recent Pakistan floods crisis or in Sri-Lanka after the Tsunami in 2006. For all these reasons, we have to talk with military, particularly those promoting integrated- or comprehensive-approach as NATO, in order to explain our positions …but a “safe distance” should be maintained between humanitarian and military. A distance aimed at promoting a constructive dialogue but also aimed at impeding a deleterious confusion. 

In these difficult contexts, we know also that sometimes we need to make some compromise with our principles and that we need to be pragmatic. That‘s why it seems to me so important to have a shared, clarified and promoted principles framework on humanitarian-military relationship issue, not only in conflict settings, but also in natural disasters settings.   



[1] Federally Administered Tribal Areas 

[2] This pattern of displacement is identical to the one that we observed following the 2005 earthquake in the nearby Hazara division, and the main reasons for people not willing to settle in IDP camps would be that camp settings do not enable IDP groups to maintain their social organisation (high density of people vs. village life) nor their cultural organisation. More pragmatically, camps are not adequate settings for those of the IDPs that left with belongings and cattle, and the high temperatures in these areas at the time being make it uneasy to live under tents. 

Publié dans Crises et conflits, Securite et relations militaires-humanitaires | 130 Commentaires »

Wikileaks ou la transparence qui dérange

Posté par Jérôme Larché le 25 octobre 2010

        La diffusion récente par le site web Wikileaks et son fondateur Julien Assange – devenu en quelques mois la bête noire des autorités américaines et australiennes – de 400 000 documents classifiés sur les pratiques de l’armée américaine et irakiennes, ainsi que sur celles des sociétés militaires et de sécurité privées en Irak soulève à nouveau de nombreux débats. On peut s’interroger sur le paradigme de le transparence prôné par Wikileaks, et qui paraît parfois orienté, mais toujours est-il que ces documents doivent nous questionner sur l’opacité des conditions de contractualisation de ces entreprises avec les Etats, ainsi que sur le déficit inacceptable de régulation et de redevabilité qui entoure leurs activités et dont elles ont jusqu’à présent largement bénéficié, aussi bien sur le plan financier que juridique. Ces révélations interviennent au moment même où le Président Karzaï a réitéré, lors du Conseil de sécurité afghan, sa ferme intention d’interdire les activités des sociétés de sécurité privées sur l’ensemble du territoire afghan.

Le « nouvel eldorado » irakien des EMSP

On compte aujourd’hui plus de 50 EMSP en Irak, employant environ 30 000 personnes. Un rapport récent a montré que sur un nombre total de 113 911contractors, 58% d’entre eux étaient affectés à des tâches de support logistique, tandis que 11% d’entre eux  (soit plus de 12 000) se chargeaient de tâches de sécurité (et par là même, participaient occasionnellement aux combats) [1]. Si le nombre total de contractors a diminué en Irak, du fait du désengagement progressif de l’armée américaine et des troupes de la coalition, la proportion affectée à des tâches de sécurité a, quant à elle, progressé de 38%.  26% seulement des contractors en Irak sont des « nationaux », alors qu’ils représentent plus de 75% en Afghanistan. Cette « afghanisation des milices privées[2] » a été conceptualisée sur le terrain irakien par le Général Raymond Odierno, qui affirmait que « l’emploi des irakiens, non seulement permet d’économiser de l’argent mais renforce aussi  l’économie irakienne et aide à éliminer les causes de l’insurrection – la pauvreté et le manque d’opportunités économiques[3]. »   

Une intégration difficile aux stratégies militaires des Etats engagés

Comme en Irak, la stratégie contre-insurrectionnelle prônée par l’administration américaine et la coalition otanienne en Afghanistan a prôné d’emblée l’utilisation de forces militaires privées, y compris des milices tribales reconverties secondairement en EMSP locales. La complexité des situations dans lesquelles ces EMSP sont actuellement employées  est renforcée par la mauvaise intégration de ces dernières dans les chaînes de commandement militaire, et par les frictions générées avec les soldats « réguliers ». En Irak comme en Afghanistan, les Rambo sont légions et leurs faux pas peuvent avoir des conséquences délétères non négligeables. En Irak, l’armée américaine a ainsi dû faire face pendant le soulèvement des miliciens d’Al-Sadr à des défections brutales de contractors, qui ont préféré fuir ces situations jugées trop dangereuses. Le recrutement de ces nouveaux mercenaires peut également s’avérer très hasardeux. Ainsi, la société Blackwater (qui s’appelle Xe aujourd’hui) a pu employer des militaires chiliens, anciens membres des commandos formés sous la dictature d’Augusto Pinochet[4]. 

Des pratiques opaques de contractualisation

La privatisation et l’externalisation s’inscrivent aussi dans une démarche de réduction et de rationalisation des coûts. Un rapport du General Accountability Office (la Cour des Comptes américaine) a montré, qu’entre 2007 et 2008, plus de 5 milliards de dollars ont été versées pour les contractors (et USAID, qui lui-même contracte pour plus de la moitié de ses financements) en Afghanistan quand, pour la même période, 25 milliards de dollars l’ont été pour l’Irak[5].Cependant, les conditions d’attribution de ces marchés publics ont parfois été très opaques, mettant en évidence une possible collusion entre membres de l’administration américaine de G.W. Bush et le complexe militaro-industriel. L’exemple le plus visible a été celui du vice-président américain, Dick Cheney, ancien directeur de la société Halliburton, dont la société Kellog Brown and Root (KBR) est une des filiales, et à qui a été confiée la gestion de toutes les infrastructures américaines en Irak, pour des contrats de plusieurs milliards de dollars. D’ailleurs, le gouvernement Obama vient d’engager des poursuites judiciaires contre le groupe KBR pour ses coûts en Irak, mais aussi pour avoir illégalement engagé et armé des sous-contractants[6].

En prenant l’Irak pour exemple, il est aisé de constater que la plupart des contrats ont été rédigés sous le sceau du secret, la plupart du temps sans appels d’offres, et ce basé sur les procédures d’exceptions de la loi fédérale de régulation des acquisitions.. Se pose également le problème des conflits d’intérêts entre les différentes parties contractuelles. Un rapport récent du Center for Public Integrity a en effet montré que 60% des EMSP ayant bénéficié de contrats de la part du gouvernement américain avaient des employés ou des membres de leur conseil d’administration qui avaient soit servi, soit avaient des liens forts avec les organes exécutifs des administrations républicaine ou démocrate, avec des membres du Congrès des deux partis, ou avec des militaires de haut niveau.

Des dérives opérationnelles préoccupantes

Au delà des aspects financiers, les exemples d’abus et de violations des droits humains commis par les EMSP sont nombreux et documentés. En Irak, certains d’entre eux sont devenus symboliques des dérives de violences et d’atteintes à la sécurité humaine liées à  l’utilisation des EMSP, comme de l’impunité qui en découle. La fusillade de la place Nisour, le 16 septembre 2007, a fait 16 morts, des civils irakiens tués par des contractors de la société Blackwater[7], rebaptisée Xe depuis. Autre incident relaté, le comportement des membres de la société ArmorGroup, chargée de la surveillance et de la protection de l’Ambassade des Etats-Unis à Kaboul. En juin 2009, une association de vigilance sur les projets gouvernementaux révéla, en effet, de graves et systématiques dysfonctionnements sur le plan contractuel (gardes ivres, nombre insuffisant de gardes, niveau d’anglais insuffisant) mais aussi sur le plan du respect humain (harcèlement sexuel, stigmatisation des gardes afghans, privations de sommeil,…), entraînant des problèmes de sécurité. Une enquête du sous-Comité du Sénat américain pour la surveillance des contrats menée a pourtant récemment démontré que le Département de la Défense avait renouvelé sa confiance à ArmorGroup jusqu’en juillet 2010, avec une possibilité d’extension du contrat jusqu’en 2012.   

Une absence de régulation et de redevabilité

Les dérives des pratiques des EMSP, notamment sur les terrains de conflits, paraissent liées à l’absence de régulation effective de leurs activités. Les contractors des EMSP, et notamment ceux présents en Irak ou en Afghanistan opèrent théoriquement sous trois niveaux d’autorité légale : 1) celui du droit international humanitaire et des mandats du Conseil de Sécurité des Nations Unies , 2) celui de la loi américaine ou de leur pays d’origine (en fonction des législations existantes), 3) celui des lois domestiques des pays hôtes. Ce cadre juridique est pourtant insuffisant car les contractors d’Irak et d’Afghanistan ne rentrent pas dans la définition étroite de « mercenaires », définie aussi bien par le protocole 1 additionnel de 1977 aux Conventions de Genève, que par la Convention du 4 décembre 1989 élaborée sous l’égide des Nations Unies.  Le CICR a récemment rédigé un document visant à mieux définir le concept de « participation directe aux hostilités », élément d’importance pour distinguer notamment les civils combattants et non combattants.  Pour le CICR, « tous les acteurs armés [d’un conflit armé international] montrant un suffisant d’organisation militaire et appartenant à une des parties au conflit, doit être considérée comme des forces armées de cette partie[8] ». En lien avec des partenaires institutionnels, la Suisse s’est lancée ces dernières années dans une large réflexion sur le sujet des EMSP, afin de trouver des pistes d’actions pour mieux encadrer l’activité de ces sociétés militaires privées. On peut distinguer deux actions en particulier, celle de l’initiative conjointe avec le CICR qui a abouti à la présentation devant l’Assemblée Générale des Nations-Unies le 6 octobre 2008, du Document de Montreux. La deuxième initiative importante a permis la promotion d’un Code de Conduite Global à l’attention des EMSP, finalisé en janvier 2010, et rédigé en collaboration avec le DCAF et l’Académie du Droit International Humanitaire et des Droits de l’Homme de Genève. Les initiatives du gouvernement suisse et du CICR peuvent donc s’analyser, au-delà des interrogations politiques sur la privatisation de la violence, comme des stratégies de réduction des risques face à une activité globalisée, utilisée par de nombreux Etats et organismes internationaux. D’autres mécanismes, comme une adaptation de la contractualisation, pourraient éventuellement améliorer la redevabilité et le contrôle externe des EMSP.      

  

La multiplication de crises et de terrains de conflits, le contexte actuel de crise économique et la tendance à la réduction des budgets militaires (notamment en Europe) devraient entraîner une très probable sollicitation accrue aux EMSP, comme en Irak, où 7 000 contractors armés vont travailler pour l’administration américaine après le départ des dernières troupes de combat.  En Irak comme en Afghanistan, l’utilisation massive des actions civilo-militaires dans le cadre de stratégies contre-insurrectionnelles, la doctrine des approches intégrées, comme les dommages collatéraux induits par les troupes de l’OTAN et les dérives de certaines EMSP sur les populations locales, ont pu participer à l’accroissement d’une perception négative et durable des forces armées de la coalition, mais aussi des occidentaux travaillant dans le secteur de l’aide humanitaire et du développement.

En Irak comme en Afghanistan, les pertes non comptabilisées des contractors permettent surtout de masquer le coût humain réel du conflit, car elles restent largement invisibles pour les citoyens. Les documents de Wikileaks viennent renforcer cette nécessité de régulation et de contrôle des EMSP, même si , au final, l’objectif final de Julien Assange paraît d’une transparence toute relative.


[1] Schwartz, M., Department of Defense Contractors in Iraq and Afghanistan: Background and Analysis “, Congressional Research Service (CRS), décembre 2009 

[2] Larché J., “L’afghanisation des milices privées, une fausse bonne idée”, www.youphil.com , 1er septembre 2010 

[3] General Odierno, R.T., Memorandum, “Increased Employment of Iraq Citizens Through Command Contracts”, Multi-National Force-Iraq, janvier 2009. 

[4] Franklin, J., « US contractors recruits guards for Iraq in Chile », The Guardian, 5 mars 2004 

[5] “Contingency Contracting: DOD, State, and USAID Contracts and Contractor Personnel in Iraq and Afghanistan”, U.S. Government Accountability Office GAO-09-19, octobre 2008, p. 21 

[6] Hefling, K., US sues contractor KBR over Iraq bills”, Associated Press,  1er avril 2010 http://www.zimbio.com/KBR/articles/ZlbHfb_q_y9/sues+contractor+KBR+over+Iraq+bills  

[7] Scahill, J., Blackwater : l’ascension de l’armée privée la plus puissante du monde, Editions Actes Sud, 2008, p.13-18 

[8] International Committee of the Red Cross, “Interpretative guidance on the notion of direct participation in hostilities under international humanitarian law”, 2009, http://www.icrc.org/Web/eng/siteeng0.nsf/htmlall/direct-participation-report_res/$File/direct-participation-guidance-2009-icrc.pdf  

Publié dans Crises et conflits, Securite et relations militaires-humanitaires, Transparence et corruption | Pas de Commentaire »

Haïti: le Bien et le Mal… par Lyonel Trouillot

Posté par Jérôme Larché le 20 octobre 2010

LES BONS TEXTES DE GROTIUS

 J’aimerais partager avec vous ce texte de Lionel Trouyot, écrivain haïtien, qui vient nous interpeller à propos. Les thémes de « partenariat », de « désoccidentalisation de l’humanitaire », que nous essayons d’aborder sous un angle à la fois politique et opérationnel à Médecins du Monde, trouvent ici une résonnance (mais aussi « raisonnance ») particulière.
 
Vous pourrez le lire directement à http://www.grotius.fr/haiti-le-bien-et-le-mal%e2%80%a6/ (sinon, il est en fichier joint), sur le site www.grotius.fr

Jérôme

Haïti: le Bien et le Mal... par Lyonel Trouillot dans Articles des invites pdf lyoneltrouillot1.pdf

Publié dans Articles des invites, COUPS DE COEUR, Crises et conflits | Pas de Commentaire »

Pakistan : le réalisme de la compassion

Posté par Jérôme Larché le 23 septembre 2010

Les « bons textes » de Grotius.fr

La période estivale, les spécificités d’une catastrophe qui, contrairement au choc d’un séisme, n’a révélé que graduellement son immense gravité, les difficultés à atteindre les zones sinistrées, la proximité du désastre haïtien expliquent en partie les défaillances de la communauté internationale. Les «accroches conventionnelles» de la solidarité globale ont également fait défaut : contrairement au Tsunami de décembre 2005, il n’y a pas de ressortissants occidentaux dans les régions pakistanaises affectées. Comparativement à Haïti, le réseau d’ONG occidentales présentes sur le terrain et capables de créer une mobilisation internationale est dérisoire.

L’information internationale a patiné elle aussi. Distraites par d’autres crises, dépeuplées par la période de vacances, les rédactions ont mis du temps avant de prendre la mesure humanitaire et politique de la catastrophe.

Cette explication conjoncturelle a aggravé les difficultés structurelles de la couverture médiatique du Pakistan. La présence de groupes extrémistes hostiles aux médias occidentaux (tragiquement illustrée par l’assassinat du journaliste du Wall Street Journal Daniel Pearl en 2002) et les restrictions imposées par les autorités au libre flot d’informations y compliquent tout reportage, même en dehors des fameuses zones tribales contrôlées par des mouvements hostiles au gouvernement central.

Plus généralement aussi, le Pakistan souffre d’un déficit d’image voire d’une image négative au sein des pays occidentaux car il y est essentiellement décrit comme le repère d’organisations islamiques extrémistes, accusé de ne pas suffisamment protéger les minorités religieuses et soupçonné de coopérer avec les Talibans en Afghanistan.

Dans une certaine mesure, les fuites de Wikileaks sont venues à un très mauvais moment pour le Pakistan dévasté car, en soulignant les suspicions sur les collusions entre les services secrets pakistanais et les Talibans, elles ont brouillé davantage encore l’image du pays. Alors que les flots meurtriers ravageaient le Pakistan, c’est la polémique sur les Talibans qui a dominé le voyage du président pakistanais en Europe, réduisant d’autant l’espace médiatique réservé à la catastrophe et aggravant la sensation de malaise suscitée par ce pays «allié-ennemi».

Finalement, l’aide a-t-elle souffert de la méfiance voire de l’hostilité que suscite l’islam en Occident ? La question pourrait apparaître outrageante et les porte-parole des ONG ont tenté de l’esquiver, mais il n’en reste pas moins que la crise humanitaire du Pakistan rappelle qu’il y a des hiérarchies dans l’échelle de la solidarité et que celles-ci sont en partie déterminées par des perceptions culturelles et des proximités particulières. Or, en Europe et aux Etats-Unis, où la crainte de l’extrémisme islamique est devenue un élément permanent et manipulateur du débat politique, le Pakistan apparaît hostile à l’Occident, affaiblissant ainsi l’un des leviers de la solidarité.

Dans pareil contexte, l’aide occidentale, intervenant en différé, apparaîtra inévitablement inspirée par des calculs de stratèges : éviter que les islamistes ne profitent de cette catastrophe pour accroître leur emprise au Pakistan et en Afghanistan, empêcher que des puissances émergentes et concurrentes, comme la Chine, n’en retirent un bénéfice politique.

Toutefois, vu l’ampleur des enjeux dans une région troublée et nucléarisée, la responsabilité des gouvernements occidentaux implique plus que jamais de compenser l’indifférence relative de leurs opinions publiques. Le réalisme vient ici au secours de la compassion. Comme le signalait l’éminent journaliste pakistanais Ahmed Rashid, le risque est grand que le Pakistan ne devienne un Etat failli, un Etat doté de l’arme nucléaire et dominé par des groupes islamistes ou talibans qui, déjà, tirent profit de la catastrophe et des manquements de l’aide internationale pour avancer leurs pions sur l’échiquier du Grand jeu régional et global.

A propos de l’auteur

Jean-Paul Marthoz, chroniqueur de politique internationale au journal Le Soir (Bruxelles), professeur de journalisme international à l’Université catholique de Louvain, auteur notamment de : « La liberté sinon rien », et de  » Mes Amériques de Bastogne à Bagdad ».

Publié dans Articles des invites, Crises et conflits | Pas de Commentaire »

L’ « afghanisation » des milices privées: une fausse bonne idée

Posté par Jérôme Larché le 2 septembre 2010

 

Les assassinats récents de 10 volontaires de l’ONG Internationale Assistance Mission, dans le nord de l’Afghanistan, ont confirmé la perception négative des occidentaux dans ce pays. La confusion des genres induite par les actions civilo-militaires des forces de la coalition, auxquelles participent activement des sociétés militaires privées, a ainsi accru l’insécurité des travailleurs humanitaires,

Le Président afghan Karzaï a émis le 18 août 2010 un décret annonçant que toutes les entreprises militaires et de sécurité privées (EMSP) opérant en Afghanistan devaient être dissoutes d’ici la fin de l’année 2010. De façon simultanée, des milices d’auto-défenses afghanes, basées sur le modèle irakien, seront chargées des tâches de sécurité (escortes armées, protection,…), comme cela est déjà le cas dans les régions du Wardak et de l’Uruzgan. Bien que soutenu par les Américains qui font la promotion d’une « afghanisation » des parties au conflit, ce projet rencontre déjà beaucoup de scepticisme, et ce pour plusieurs raisons.

Les Etats-Unis font appel depuis longtemps à des sociétés privées dans le cadre de situations de conflits, notamment pour des fonctions de support aux opérations de combat et de protections de personnalités. Si le Président Hamid Karzaï demande aujourd’hui le départ de toutes les EMSP occidentales, c’est pourtant la société Dyncorp qui a assuré sa protection personnelle de 2002 à 2005…

La stratégie contre-insurrectionnelle prônée par l’administration américaine et l’ « approche globale » de la coalition otanienne ont intégré d’emblée l’utilisation de forces militaires privées, y compris des milices tribales reconverties secondairement en EMSP locales, qui représentent à ce jour entre 22 et 30% des troupes combattantes. En Irak comme en Afghanistan, les pertes de contractants civils, qui se chiffrent à plusieurs centaines de morts, permettent surtout de masquer le coût humain réel de ces guerres, largement invisible aux yeux des opinions publiques.

Des chefs de guerre à la tête des milices

Si le terrain afghan compte aujourd’hui plus de contractants privés (au moins 104 000) que de soldats américains, on estime que les contractants armés représentent environ 10% du total. 75% d’entre eux étant afghans, l’« afghanisation » de la contractualisation est déjà une réalité. Cela doit il rassurer et en déduire que la décision médiatique du Président Karzaï fait sens ?

De nombreuses EMSP locales sont en fait contrôlées par des familles de « notables » ou de proches du gouvernement afghan. Parmi les groupes armés de soutien, beaucoup d’entre eux sont dirigés par d’anciens commandants militaires responsables de violations des droits de l’homme, accusés d’alimenter des économies parallèles comme le trafic de stupéfiants, dans un pays qui produit désormais 93% de l’opium mondial. Certaines de ces milices rétribuent même les talibans pour leur « protection », parfois jusqu’à hauteur de 60% des revenus issus des missions de sécurisation de convois.

De plus, de nombreuses forces internationales – qu’il s’agisse de l’ISAF (les forces de l’OTAN) dans la province de Parwan, les forces australiennes dans la région d’Uruzgan, les forces canadiennes dans la province de Kandahar, ou les équipes de reconstruction provinciales allemandes dans le Badakshan – emploient ces sociétés militaires privées locales. La plupart sont des milices illégales dont le contrôle est impossible et les exactions souvent délétères, aussi bien pour les populations civiles afghanes que pour la perception des forces occidentales auxquelles elles sont alliées. En finançant, armant et légitimant ces structures pour des questions de sécurité à court terme, les forces internationales risquent d’affaiblir à long terme la consolidation de l’autorité gouvernementale, ce qui parait contre-productif pour la stabilisation tant recherchée de l’Afghanistan.

Externalisation de la violence

L’« afghanisation » des forces de sécurité privées pourrait pourtant être considérée comme le prélude à une re-légitimisation  des autorités afghanes face à l’intervention occidentale, et atténuer les frictions générées par la dépendance coopérative qui s’est établie entre le gouvernement américain et celui du Président Karzaï. Elle pourrait favoriser en théorie l’approche contre-insurrectionnelle qui consiste notamment à mieux accéder aux populations pour « gagner les cœurs et les esprits ». Pourtant, l’existence de plusieurs types d’insurrections aux logiques très différentes, d’un nombre élevé d’insurgés et de sympathisants qui grossissent les rangs à chaque dommage collatéral, d’une criminalité liée au trafic de drogue, et d’un code d’honneur pouvant imposer la vengeance d’un proche, rendent toute solution « univoque » vouée à l’échec.

L’ « afghanisation » des contractors, et l’exigence de leur transformation en milices d’auto-défense par Hamid Karzaï n’induira, en réalité, que peu de changements parmi les parties au conflit. De plus, il y a fort à parier que le Général Petraeus, commandant en chef des forces américaines en Afghanistan, négociera, avec les autorités afghanes, des dérogations favorables aux EMSP américaines présentes sur le terrain, comme MPRI, Dyncorp, Armor Group ou Xe (ex-Blackwater).

L’annonce du Président Karzaï n’a donc rien de rassurante. Au contraire, elle vient confirmer le changement progressif de la nature de la guerre en Afghanistan, où le « monopole de la violence légitime » des Etats est remplacé par l’externalisation et la privatisation des forces armées en présence.

Publié dans Crises et conflits, Securite et relations militaires-humanitaires | Pas de Commentaire »

Le rapport sur « l’action humanitaire dans les situations de crise et de post-crise » à l’intention de Bernard Kouchner

Posté par Jérôme Larché le 29 juin 2010

     Ca y est, l’embargo sur le rapport « Analyses et propositions sur l’action humanitaire dans les situations de crise et de post-crise », rédigé par Benoit Miribel et Alain Boinet, vient d’être levé.

Destiné à faire le point sur les capacités des organisations humanitaires françaises, sur leur rapport à l’Etat, et sur les nouveaux enjeux humanitaires, il propose un certain nombre de propositions concrètes, dont je vous propose de prendre connaissance et de débattre.

Le rapport sur analysesetpropositionssurlactionhumanitairedansles.pdf

Publié dans Crises et conflits, Reflexions et prospectives | Pas de Commentaire »

Les ouzbeks sont-ils victimes d’un nettoyage ethnique au Khirgizistan?

Posté par Jérôme Larché le 12 juin 2010

48058448kyrgyzbordersrussia.gif De nombreux témoignages concordants semblent montrer qu’au Khirghizistan, et plus particulièrement dans la ville de Osh, les ouzbeks deviennent les victimes d’un nettoyage ethnique qui semble plus la conséquence de multiples facteurs enchevêtrés, que le primum movens de ces violences.

Comme le rapporte le site « Sur les routes d’Asie Centrale« , il semble que les militaires se joignent aux civils Khirghiz, adoptant un marquage (KG) pour se distinguer des non-Khirghiz. Les russes semblent pour l’instant avoir une stratégie de substitution de l’enjeu politique par un enjeu humanitaire, ce qui, au vu de ce qui est décrit par les habitants eux-mêmes, risque de se révéler insuffisant.

480585210095120261.jpgIl faut rappeler que les Ouzbeks forment environ 15% de la popula tion au Khighizistan, concentrés dans la vallée de la Ferghana, et qu’en 1990, des heurts de cete nature entre les deux ethnies avaient entrainé la mort de centaines de personnes.

Quels sont les facteurs qui ont abouti à cette violence inter-ethnique? Ils sont multiples, interdépendants et fait intervenir une situation préalable et des catalyseurs.

La situation préalable implique 3 types d’acteurs: le clan Bakiev, les groupes du crime organisé, et les « troisièmes forces » (groupes difficilement identifiables, dont l’objectif est d’empêcher le déroulement du référendum prévu le 27 juin).

Un catalyseur est également présent: des conflits récents entre Ouzbeks et Khirghiz, dans l’enclave ouzbek de Sokh, pour des questions de paturage, qui ont favorisé la mise en avant de la carte ethnique. carte très dangereuse et explosive.

Toujours est-il qu’un conflit aux consonnances ethniques, mais qui puise ses racines dans le contrôle du crime organisé, l’accès à des terres, et l’évolution du régime politique khirghiz, se déroule aujourd’hui en Asie Centrale. Les populations civiles sont, comme d’habitude, les premières et plus nombreuses victimes, (déjà près de 80 morts ce soir) sans parler de celles qui sont coincées à la frontière entre le Khirghizistan et l’Ouzbekistan.

Publié dans COUPS DE GUEULE, Crises et conflits | 1 Commentaire »

Darfour, un conflit oublié?

Posté par Jérôme Larché le 12 juin 2010

Sept ans après le début du conflit, la situation demeure difficile et incertaine pour les populations civiles. Ces dernières semaines, de violents combats ont entrainé le déplacement d’au moins 100.000 personnes dans les montagnes du Jebel Mara, au Sud-Darfour. Presque dans l’indifférence. Médias et politiques semblent aujourd’hui en effet peu mobilisés face à cette crise humanitaire, sans doute parce que les racines du conflit au Darfour sont anciennes et complexes. 

Une compétition pour les ressources naturelles

Au delà du sous-développement chronique de cette région frontalière avec le Tchad et la Lybie, se surajoutent des conflits inter et intracommunautaires préexistants. La ligne de clivage des conflits intercommunautaires entre sédentaires et nomades, cultivateurs et éleveurs, s’articule autour de deux causes principales: la question de la propriété foncière et la compétition pour le contrôle des ressources naturelles. Sept ans après le début du conflit, en février 2003, le bilan humain est sans appel: 2,5 millions de personnes déplacées, sur 7 millions au total; 200 000 victimes directes du conflit (mais l’ensemble des décès supplémentaires imputables à la crise serait plus proche de 300.000); et 250 000 darfouri réfugiés au Tchad et en Centrafrique. Ce sont au total plus de 4 millions de personnes dont l’existence a été affectée par ce conflit. La circulation des biens et des personnes est encore très fortement ralentie, avec un impact direct sur l’économie locale: arrêt des cultures, vol de bétail, marchés dévastés et abandonnés. 

Des ONG internationales expulsées en 2009

En revanche, les villes et leurs environs connaissent un accroissement réel (avec le caractère pérenne des camps de déplacés), et leur activité est artificiellement dopée par l’aide internationale et la présence des soldats de la mission conjointe de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour, la MINUADLe 4 Mars 2009, la Cour pénale internationale (CPI) a émis un mandat d’arrêt international contre le président soudanais Omar el-Béchir, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, sans retenir le chef d’accusation de génocide. Le même jour, le gouvernement soudanais ordonnait l’expulsion de 13 ONG internationales du Darfour, dont le départ a fait craindre une « catastrophe humanitaire annoncée », qui ne s’est finalement pas produite. Médecins du Monde (MDM) a pu poursuivre ses programmes médicaux (soins de santé primaires, santé materno-infantile,…) dans le massif du Jebel Mara, relief volcanique de 400km de long, qui forme l’épine dorsale de la région, et qui abritait jusqu’à présent les rebelles de l’Armée de Libération du Soudan d’Abdul Wahid el Nour (SLA-AW). 

100.000 déplacés dans le Jebel Mara Ces dernières semaines, de nombreux combats ont eu lieu dans le Jebel Mara, liés d’une part à des dissensions internes au sein du SLA-AW, mais aussi à des offensives militaires dans les villes de Feina et de Deribat. Ces violences successives ont provoqué le déplacement massif d’au moins 100.000 personnes (dont le personnel soudanais de MDM, ce qui a entraîné l’arrêt complet des programmes de l’ONG médicale). 

Le contexte sanitaire dans lequel surviennent ces déplacements de populations civiles est particulièrement préoccupant car elles n’ont que très peu accès à de l’eau potable, aucun accès aux soins, et les risques d’aggravation de malnutrition, notamment chez les enfants les plus jeunes, sont élevés. Il s’agit également d’une période où le risque épidémique de méningites est majeur.   

La communauté humanitaire au Darfour doit donc s’organiser opérationnellement pour répondre aux besoins de ces populations déplacées et faire pression pour qu’un accès humanitaire au Jebel Mara soit négocié le plus vite possible. La situation politique globale reste complexe car le récent cessez-le-feu signé à Doha au Qatar entre le gouvernement soudanais et le groupe rebelle du Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE), tend à faire penser que la paix serait revenue au Darfour…   Les difficultés pour convaincre les responsables politiques de s’intéresser à la situation actuelle dans le Jebel Mara sont préoccupantes. Le manque de couverture médiatique et d’intérêt journalistique pour cette nouvelle crise humanitaire au Darfour qui a déjà fait ses premières victimes, comme le « tri sélectif » de l’information rapportée par les grands médias, le sont tout autant.   

Publié dans Crises et conflits | Pas de Commentaire »

La face cachée des casques rouges

Posté par Jérôme Larché le 4 mai 2010

          Les déclarations décomplexées en mars 2010 d’Anders Fogh Rasmussen, Secrétaire Général de l’OTAN, qui considère que les ONG présentes dans le conflit en Afghanistan doivent devenir des auxiliaires des forces de la coalition en faisant du « soft power »[1], rappellent étrangement celles de Colin Powell en 2001 pour qui les ONG, et notamment les ONG américaines, étaient des « multiplicateurs de force » de la politique étrangère américaine.

Lire la suite sur le site www.grotius.fr ou en ouvrant le pdf suivant: La face cachée des casques rouges dans Crises et conflits pdf lafacecachedescasquesrouges.pdf


[1] www.afghanaid.org.uk/news.php/16/acbar_press_release_ngos_are_not_a_soft_power      

Publié dans Crises et conflits, Securite et relations militaires-humanitaires | Pas de Commentaire »

Une « incomprehensive approach »

Posté par Jérôme Larché le 29 avril 2010

  Il est désormais très politiquement correct de promouvoir une approche globale, intégrée (ou pour reprendre la terminologie anglosaxonne otannienne « comprehensive approach ») pour répondre aux crises complexes, et particulièrement aux conflits armés. Que ce soit en Afghanistan, en République Démocratique du Congo ou au Darfour, le principe de l’action intégrée, censée garantir efficacité, efficience et impact, est avancé comme un dogme que seuls des irresponsables (en l’occurence les ONG) pourraient remettre en cause. Ce nouveau paradigme de réponse aux crises, poussé par les promoteurs de la « paix libérale » (comme Kofi Annan) mais aussi par les dirigeants politiques de l’OTAN et maintenant de l’Union Européenne, est basé sur une compréhension commune des problèmes amenant à un « objectif commun ». Malheureusement, il repose sur une double erreur conceptuelle.

Premièrement, il est basé sur l’hypothèse (non vérifiée au départ et qui se dément tous les jours sur le théâtre afghan) qu’apporter de la sécurité et de l’aide suffisent à créer et entretenir un degrè d’acceptation important, à même de fournir un climat propice à une paix durable. Le concept de l’intégration adopte donc une vision linéaire dans la causalité des conflits, niant la complexité, la récursivité et les contradictions aussi bien des acteurs que des problématiques à la source de ces conflits. Comme en médecine, quand le diagnostic initial n’est pas correct, le traitement administré n’est pas le bon, et le patient ne guérit pas! L’urgence est plus souvent diagnostique que thérapeutique…

Deuxièmement, ce concept d’intégration est basé sur une vision universelle de ce que le monde occidental appelle « aide et sécurité », et qui pourtant n’est pas universellement compris…et accepté. En Afghanistan, et dans beaucoup de pays d’Afrique, les responsables priorisent sans équivoque leur autonomie politique plutôt que les bénéfices non garantis des stratégies d’intégration.

Aujourd’hui, il semblerait que les Nations unies aient un discours moins ambitieux et plus pragmatique sur la question de l’intégration (l’échec de la MINUAD au Darfour n’y étant pas étranger) mais l’OTAN poursuit, au contraire, une stratégie de propagande offensive sur la question de l »approche intégrée (« compréhensive approach »), en dépit des échecs constatés sur le terrain (notamment en Afghanistan) et des contre-feux allumés par les ONG qui, pour certaines d’entre elles, sont présentes dans le pays du « Grand jeu » depuis plus de 30 ans.

Publié dans Crises et conflits | Pas de Commentaire »

1234
 

Les énergies du bien-être |
Ange ou Diablesse |
L'écologie pour les nuls |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Malica: une candidature int...
| la vérité toute simple
| parcelle 53