Les guerres continues du Soudan

Posté par Jérôme Larché le 21 juin 2012

Selon un rapport non officiel, rédigé récemment par trois anciens membres du panel d’experts de l’ONU chargés de surveiller les violations de l’embargo sur les armes au Darfour, le gouvernement soudanais  continuerait de s’approvisionner en munitions de fabrication chinoise pour attaquer les civils au Darfour. Ces derniers mois, la montée en puissance des affrontements ouverts entre le Soudan et le Sud Soudan a fait resurgir le spectre d’une nouvelle guerre entre ces deux entités, sur fond de contrôle des gisements pétrolifères et de lutte contre l’hégémonie du pouvoir de Khartoum.

 

La guerre oubliée du Darfour

La réduction dramatique de la couverture médiatique du conflit au Darfour n’empêche pas une toute autre réalité de s’imposer à ses habitants : la guerre continue belle et bien, même si elle revêt d’autres formes.  Désormais, il semble que le gouvernement de Khartoum ait adopté une tactique plus ciblée, qui est de s’attaquer spécifiquement au groupe ethnique des Zaghawa, en déployant des miliciens « non arabes », en écho à sa tactique précédente qui avait été d’utiliser abondamment les Janjaweed, les fameux « cavaliers du diable ». Selon le rapport précédemment cité, plus de 70 000 civils auraient fui le Darfour depuis les attaques de 2011. En 2010, les forces armées soudanaises avaient déjà lancé une vaste offensive contre les forces rebelles du Sudan Liberation Movement (SLM) d’Abdel Wahed Nur, dans le massif montagneux du Jebel Mara, causant le déplacement d’au moins 100 000 personnes, majoritairement des populations civiles. La violence de ces attaques, notamment sur la ville de Deribat, et l’impossibilité pour les ONG humanitaires présentes dans le Jebel Mara d’accéder à ces populations, ont provoqué une catastrophe humanitaire, sans que les médias ni les politiques ne s’en fassent véritablement l’écho.

Depuis 2011, les bombardements aériens dirigés contre les populations civiles ont repris, notamment dans des zones habitées par des Zaghawa, comme Shangal Tombay. Dans ce contexte de poursuite du conflit, que les accords de paix signés en 2006 au Nigeria puis à Doha n’ont pas réglé, les diverses forces rebelles ont repris l’initiative politique, en se regroupant au sein du Sudan Revolution Front (SRF). Ainsi, les branches du Sudan Liberation Movement / Army (SLM/A), dirigées respectivement par Minni Minawi et Abdel Wahed Nur, ont renforcé leur coopération politique et militaire avec le Sudan People Liberation Movement / Army-North (SPLA-N), dans le cadre du SRF.

Cette régionalisation des enjeux politico-militaires complique encore la tâche de l’ONU et de l’Union Africaine, dont les deux forces déployées – l’UNAMID (Un-African Mission in Darfur) au darfour et l’UNMISS (UN Mission in South Sudan) au Sud Soudan – n’ont ni le mandat ni la capacité opérationnelle de faire face aux conflits synergiques (Darfour, Sud Kordofan, Nil Bleu et Monts Nuba) qui secouent désormais ces deux pays.

 

La mobilisation de Khartoum contre le Sud Soudan

Les modalités de la partition du Soudan en deux pays, suite au référendum d’autodétermination du Sud Soudan en 2011, et surtout l’absence de règlement diplomatique préalable du statut des zones pétrolifères qui chevauchent la frontière de ces deux nouveaux Etats, rendait quasiment inévitable la résurgence de nouveaux affrontements entre les ennemis d’hier.

La ville pétrolière d’Heglig est devenue récemment (avril 2012) le symbole de ce nouveau conflit qui, dans les paroles des dirigeants de Juba (Sud Soudan) mais aussi de Khartoum (Soudan), devient une véritable guerre ouverte. Après de multiples attaques du territoire sud-soudanais, par voies terrestre et aérienne, les responsables du Sud Soudan ont en effet attaqué la ville d’Heglig, située au Sud- Kordofan, et donc en territoire soudanais, même si elle est habitée essentiellement par des Dinka et des Nuer, ethnies sud soudanaises. Cette attaque reflète les deux objectifs que se contestent les protagonistes soudanais : le pétrole et la nature du régime politique à Khartoum.

Ce n’est pas un hasard non plus si le gouverneur de la province du Sud Kordofan n’est autre qu’Ahmed Mohammed Aroun, ancien ministre nord soudanais chargé des affaires humanitaires lors des premières années du conflit au Darfour (à partir de 2003), et désormais inculpé par la Cour Pénale Internationale pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Or, ce dernier apparait sur un document récupéré par le SPLA-N dans les Monts Nuba, et diffusé par la chaîne qatarie Al Jazeera, dans lequel il déclare à des miliciens et des membres des forces armées soudanaises : « Amsah, aksah, kushu ! Ma jibhu hay ! » (« Faites place nette, chassez-les, occupez-vous en ! Ne les ramenez pas vivants ! »).

Bien que l’Union Africaine et l’ONU aient demandé au SPLA de se retirer d’Heglig – dont le gisement représente la moitié de la production pétrolière soudanaise -, et qu’Haroun ait contesté avec force les propos diffusés,  on peut constater que tous les ingrédients pour une nouvelle guerre meurtrière entre les deux Soudan sont en place…

La dynamique fédératrice du Sudan Revolution Front (SRF)

Initié au départ par les trois principaux groupes rebelles du Darfour – Justice and Equality Movement (JEM), ainsi que les deux branches du SPLM/A, celles des Fur et des Zaghawa -, le SRF a déjà obtenu quelques succès militaires, mais curieusement, ni les médias internationaux, ni les organismes chargés de négocier la paix au Darfour, ne s’en sont fait l’écho. La raison possible est que la volonté politique affichée de ce « front » est de faire tomber le régime de Khartoum, et non de renégocier un nouvel accord de paix.

Au-delà de la stratégie militaire offensive obtenue par l’union des forces rebelles face au National Congress Party (l’actuel pouvoir soudanais), il faut noter que le SRF a déjà obtenu des soutiens non négligeables, que ce soit de membres influents de l’Umma Party, le parti dirigé par le petit fils du célèbre Mahdi (tombeur des anglais au Soudan), ou du Beja Congress, parti majoritaire à l’Est du Soudan, et dont les volontés d’autonomie, pour ne pas dire d’émancipation, ne se sont jamais éteintes.

Cette nouvelle capacité d’opposition politique, dans un pays où la liberté d’expression et de manifestation contre le pouvoir en place restait jusque là très contrôlée, est également renforcée par la colère que suscitent les conditions d’accès difficiles aux soins et autres besoins humanitaires de dizaines de milliers de déplacés, fuyant les combats du Nil Bleu et des Monts Nuba.

Dans cette « mosaïque complexe » qu’est le Soudan, un vent de changement se met à souffler,  et le statu-quo, savamment entretenu par le gouvernement de Khartoum mais aussi par les interstices diplomatiques de l’Union Africaine, de la Ligue Arabe et des Nations Unies, semble de moins en moins tenable dans les mois à venir.

Une diplomatie « globale » en manque de constance et de cohérence

La situation actuelle de conflit entre les deux Soudan, mais également celles qui persistent à l’intérieur même du (Nord) Soudan, est potentiellement porteuse de graves conséquences, aussi bien pour les populations de ces deux pays, que pour la stabilité politique et économique internationale. 

On peut citer pêle-mêle :

-           la reprise de tensions diplomatiques fortes au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies (opposant notamment la Russie et la Chine aux autres membres du CSNU) dans le cas d’une guerre ouverte entre les deux Etats soudanais ;

-          le renforcement de livraisons illicites d’armes et de soutien en matière de renseignement, pour les deux parties ;

-          des velléités  sécessionnistes de l’Est du Soudan ;

-          de nombreuses populations civiles déplacées et réfugiées, pour lesquelles l’accès humanitaire sera difficile voire instrumentalisé ;

-          une capacité de déstabilisation régionale, aussi bien au Nord (Tchad, Centrafrique, Libye) qu’au Sud (Ouganda, RDC, Kenya, Ethiopie) qu’à l’Est (Erythrée) ;

-          et enfin, une hausse des cours du pétrole, consécutive à des difficultés de production et d’acheminement dans ce contexte d’affrontement militaire.

La faillite actuelle des institutions internationales et des organisations régionales à parvenir à une solution humainement satisfaisante et politiquement acceptable au Darfour (10 ans de conflit à déplorer en 2013 !), rend peu optimiste sur l’issue de ce nouveau conflit aux enjeux territoriaux, énergétiques, mais aussi de gouvernance politique.

Le Sud possédant aujourd’hui la majorité des outils de production (les gisements pétrolifères) et le Nord, les infrastructures de distribution (les pipelines), il en résulte que seule une coopération entre ces deux Etats pourrait éviter une guerre qui ne ferait, à coup sûr,  que des perdants. Malheureusement, l’ancienneté et le passif sanglant des dynamiques qui sous-tendent leurs relations n’augurent pas des décisions fondées uniquement sur une vision réaliste des enjeux. Les aspirations d’une partie non négligeable de la population du (Nord) Soudan à changer de régime, la corruption endémique qui sévit au sein de la classe dirigeante sud soudanaise, et les intérêts égoïstes géostratégiques des différents pays qui s’intéressent aujourd’hui à la question soudanaise, rendent très peu probables une issue favorable à la situation actuelle, encore moins dans une vision de court terme.

Toutefois, avant de discuter « thérapeutique », c’est-à-dire des moyens diplomatiques et éventuellement coercitifs à mettre en œuvre, il faudrait d’abord s’entendre sur le « diagnostic » et contester que l’on assiste à des guerres « contenues » dans la région des Soudan. Il s’agit de guerres, non pas contenues, mais continues qui affectent en premier lieu la vie – et parfois la survie – des populations civiles mais aussi la stabilité régionale, au vu de la fragilité des Etats voisins, et l’économie internationale, avec ses répercussions sur une hausse possible du cours du pétrole. Si le concept de « responsabilité de protéger » avait une réalité, la région des Soudan serait bien celle aujourd’hui sur laquelle il faut s’appesantir. Que l’on ait une vision « réaliste » ou « libérale » du monde.

Laisser un commentaire

 

Les énergies du bien-être |
Ange ou Diablesse |
L'écologie pour les nuls |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Malica: une candidature int...
| la vérité toute simple
| parcelle 53