Epidémie meurtrière de choléra en Haïti

Posté par Jérôme Larché le 23 octobre 2010

Thony Belizaire
Agence France-Presse
Saint-Marc, Haïti

lié le 22 octobre 2010 à 08h42 | Mis à jour le 22 octobre 2010 à 21h10

 

Épidémie de choléra: Haïti en «alerte maximale»

Selon le ministère haïtien de la Santé, le pays a enregistré 135 morts et plus de 1000 cas de choléra, précise Catherine Huck, directrice adjointe pour Haïti du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

L’épidémie de choléra qui sévit dans le nord d’Haïti depuis ces derniers jours va probablement s’étendre avant d’être jugulée, a estimé vendredi un haut responsable de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), une branche de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Cette épidémie va probablement s’étendre, étant donné notre expérience du choléra, surtout dans une population qui n’a pas vraiment d’immunité naturelle puisqu’elle n’a pas été précédemment exposée à cette infection», a déclaré le Dr Jon Andrus, directeur adjoint de l’OPS lors d’une conférence de presse.

«De ce fait, nous nous attendons à ce que (l’épidémie) devienne plus importante», a-t-il ajouté.

Selon le dernier bilan cité par l’OPS, l’épidémie de choléra a fait au moins 138 morts, un chiffre non-révisé depuis jeudi. Les autorités haïtiennes ont fait état jeudi de 135 décès et de plus de 1500 personnes malades.

 

Mais «nous avons heureusement un partenariat (d’intervention) qui n’a jamais été aussi solide en raison du séisme», a aussitôt souligné ce médecin.

De plus, a expliqué le Dr Andrus, le choléra «est une maladie qu’on peut prévenir si la population participe activement» aux mesures de prévention.

«Et si l’infection ne peut être évitée, on peut la traiter aisément avec des sels de réhydratation orale pour empêcher la diarrhée», a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

«Les sels de réhydratation par voie orale sont très importants dans cette situation», a poursuivi le Dr Andrus. «C’est une technologie très simple qui ne coûte presque rien et sauve des millions de vie», a-t-il souligné.

«Ainsi je pense que nous avons tout en place pour faire face à une situation dont nous savons qu’elle va s’améliorer», a déclaré le responsable de l’OPS.

Il a souligné qu’il était important d’observer des règles d’hygiène personnelle élémentaire comme de se laver fréquemment les mains et de prendre toutes les précautions pour s’assurer que l’eau utilisée est sûre ou traitée comme il se doit et que les aliments consommés sont préparés proprement.

En réponse au risque que l’épidémie se propage en République dominicaine voisine, le Dr Andrus a indiqué que des équipes sanitaires avaient été mobilisées pour s’assurer que les centres de soins et les hôpitaux haïtiens situés à la frontière soient suffisamment bien préparés pour ne pas être débordés.

Il a aussi jugé important de mobiliser les autorités et la population en République dominicaine, précisant qu’une équipe d’épidémiologistes de l’OPS avait été dépêchée sur place.

Le Dr Andrus a indiqué, en réponse à une question, ne rien savoir d’une information selon laquelle des malades auraient été testés positifs à une infection par la bactérie Vibrio, responsable du choléra, il y a déjà une semaine, soit avant que l’épidémie ne soit déclarée.

«Il faut systématiquement vérifier chaque rumeur pour savoir si elle est fondée ou non…», a-t-il dit.

La souche de la maladie a été localisée dans le département de l’Artibonite et dans le fleuve du même nom qui traverse cette région qui a connu un afflux de réfugiés, vivant dans des conditions d’hygiène précaires, après le séisme dévastateur du 12 janvier.

Le choléra est une infection hautement contagieuse pouvant être fatale en quelques heures, et dont la propagation est favorisée par les défaillances des réseaux sanitaires et l’absence d’hygiène et de soins.

 

 

Une Réponse à “Epidémie meurtrière de choléra en Haïti”

  1. estelle dit :

    Ou est passé l’argent des dons qui aurai probablement pu limiter sinon éviter la catstrophe ? Comme d’habitude, dans quelques poches mafieuses, ou/et politiques par retour à la case départ. Tant que l’on distribuera de l’argent au lieu de financer des réalisations constatées rien ne changera. Pour ma part, je ne ferai plus aucun don pour quelle que cause que ce soit tant que cette règle ne sera pas établie, et contrôlée dans son application par une autorité populaire indépendante des états.

Laisser un commentaire

 

Les énergies du bien-être |
Ange ou Diablesse |
L'écologie pour les nuls |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Malica: une candidature int...
| la vérité toute simple
| parcelle 53